Home » Les défenseurs renouvellent leurs appels à la Ville de Montréal pour qu’elle permette aux sans-abri d’utiliser un terrain vacant comme refuge

Les défenseurs renouvellent leurs appels à la Ville de Montréal pour qu’elle permette aux sans-abri d’utiliser un terrain vacant comme refuge

by Nouvelles

MONTRÉAL — Des militants demandent à la Ville de Montréal d’agir après avoir soulevé des inquiétudes plus tôt cette semaine au sujet d’une clôture controversée sur un terrain vague de l’avenue du Parc.

Ce n’est pas n’importe quoi – c’est un lieu de rassemblement pour les personnes vivant dans la rue et les gens qui l’utilisent disent qu’ils se sentent exclus de l’endroit qu’ils ont longtemps appelé chez eux.

Les passants ne remarquent peut-être rien de spécial sur le terrain vague, mais des gens comme Tommy Partriege se sont appuyés sur cet endroit parce qu’il n’a nulle part où vivre.

« Il y a six ans, il n’y avait personne autour. Mon frère et moi avons créé cela et maintenant, tout le monde est comme une famille ensemble », a-t-il déclaré.

Cette famille compte des dizaines de personnes. Il a dit que la rue leur a fourni non seulement un foyer, mais aussi une protection quand il n’y a nulle part où aller.

“Si nous étions ailleurs, peut-être que la plupart d’entre eux – beaucoup d’entre eux – seraient morts maintenant, mais ils sont toujours en vie parce que nous sommes ici”, a déclaré Partriege.

Cependant, cette semaine, ils ont été exclus. Une clôture a été érigée autour du périmètre du terrain privé, laissant beaucoup de gens assis sur le trottoir ou sur les marches des gens à la recherche d’un autre endroit où aller.

« Les gens sont assis sur le trottoir. Les passants doivent descendre dans la rue pour les contourner. Les gens sont de plus en plus assis aux portes des entreprises », a déclaré John Tessier, coordinateur de la mission The Open Door.

Il a déclaré qu’un habitant avait été tué l’année dernière après l’installation d’une clôture plus petite. Kitty Kakkinerk a été bloquée par la clôture et a couru sur la route, essayant apparemment de fuir un agresseur. Elle a été heurtée par une voiture et est décédée.

« L’argent qui a été dépensé uniquement pour les ambulances et la police, vous avez tout mis ensemble et un beau centre aurait déjà pu être construit », a déclaré Andrée Deveault, résidente du Plateau.

Tessier a déclaré que les personnes qui dépendent du lot ont besoin d’un endroit « sûr et digne » pour vivre. Il a déclaré que la ville envisageait d’acheter un autre terrain de l’autre côté de la rue pour aider.

Cependant, lorsqu’elle a été contactée par CTV News, la ville a seulement déclaré qu’elle envisageait un certain nombre d’options.

« Plusieurs aspects doivent être pris en considération pour arriver à une solution qui réponde aux besoins à la fois des personnes vulnérables et des habitants du quartier », a écrit le porte-parole de la ville Hugo Bourgoin dans un communiqué.

Pour l’instant, les travailleurs sociaux et la police patrouilleront dans la zone et les capacités des abris ont augmenté.

En attendant, les gens du parking de Park Avenue disent qu’ils restent sur place en attendant – et en espérant – le changement.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.