Les commerçants peuvent décider si les transactions sur les matières premières russes sont autorisées -Swiss

Une vue générale montre les installations de traitement du pétrole du champ pétrolifère de Vankorskoye appartenant à Rosneft au nord de Krasnoïarsk, en Russie, le 25 mars 2015.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

ZURICH, 17 mai (Reuters) – Les maisons de négoce peuvent décider par elles-mêmes si les accords sur les matières premières avec des entreprises russes contrôlées par l’État satisfont à la norme “strictement nécessaire” pour éviter les sanctions internationales, a déclaré mardi l’agence suisse chargée de l’application.

Le secrétariat d’État à l’économie (SECO) avait déclaré le mois dernier qu’il jugerait au cas par cas si ces achats étaient conformes aux sanctions de l’Union européenne que Berne a également adoptées pour punir l’invasion de l’Ukraine.

Un porte-parole du SECO a noté que les transactions strictement nécessaires pour acheter, importer ou transporter du gaz naturel et du pétrole brut ainsi que d’autres matières premières depuis ou via la Russie vers la Suisse, vers un État membre de l’Espace économique européen ou vers les Balkans occidentaux sont encore autorisé par l’ordonnance sur les sanctions.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

“Comme dans l’UE, aucune autorisation ou approbation préalable du SECO n’est requise pour cela en Suisse en vertu de l’ordonnance”, a déclaré l’agence à Reuters par e-mail.

Lorsqu’on lui a demandé si cela signifiait que de telles transactions n’étaient pas soumises à un examen suisse, l’agence a déclaré: “Le SECO n’a pas besoin d’accorder d’exemption. En revanche, l’application de l’exception doit – avant tout – être évaluée par les acteurs économiques eux-mêmes. S’ils ne sont pas clairs, ils peuvent contacter le SECO. Cela correspond également à la réglementation de l’UE.

Même si les achats de pétrole russe sont toujours autorisés en Europe, les grandes maisons de négoce mondiales ont réduit leurs achats de brut et de carburant auprès de sociétés contrôlées par l’État russe telles que Rosneft (ROSN.MM) et Gazpromneft (GZNPI.MM) pour éviter de tomber potentiellement sous le coup de Sanctions de l’UE en vertu de la clause “strictement nécessaire” qui s’applique à partir de la mi-mai. Lire la suite

La Commission européenne a proposé ce mois-ci un embargo sur le pétrole contre la Russie, mais les ministres des Affaires étrangères de l’UE n’ont pas réussi lundi à faire pression sur la Hongrie pour qu’elle lève son veto au plan. Lire la suite

La Suisse, qui a déclaré qu’elle adopterait des sanctions de l’UE contre la Russie, est une plaque tournante majeure pour le commerce des matières premières russes.

La Russie appelle son incursion en Ukraine une opération militaire spéciale pour désarmer son voisin. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Michael Shields à Zurich Montage par Matthew Lewis

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT