nouvelles (1)

Newsletter

Les actions asiatiques suivent Wall Street alors que la Fed lutte contre l’inflation

BEIJING (AP) – Les marchés boursiers asiatiques ont suivi Wall Street à la baisse jeudi après que la Réserve fédérale a procédé à une autre forte hausse des taux d’intérêt et a relevé ses perspectives pour plus de calmer l’inflation galopante.

Shanghai, Tokyo, Hong Kong et Sydney ont baissé. Les prix du pétrole ont légèrement augmenté.

Le dollar a atteint près de 145 yens japonais après que la Banque du Japon a choisi de maintenir inchangée sa politique monétaire ultra-laxiste, avec son taux d’intérêt de référence à moins 0,1 %. La banque centrale du Japon a maintenu une telle politique pendant des années, essayant de stimuler l’activité des entreprises et de contrer la déflation.

En milieu d’après-midi, le dollar était à 144,94 yens, contre 143,46 yens mercredi soir. L’euro est tombé à 98,29 cents contre 99,09 cents.

L’indice de référence S&P 500 de Wall Street a chuté de 1,7 % mercredi pour atteindre un creux de deux mois après que la Fed a relevé son taux directeur de 0,75 point de pourcentage, soit trois fois sa marge habituelle. La Fed a déclaré qu’elle s’attend à ce que ce taux soit supérieur d’un point de pourcentage complet d’ici la fin de l’année à ce qu’il était il y a trois mois.

“La Fed a quand même réussi à devancer les marchés”, a déclaré Anna Stupnytska de Fidelity International dans un rapport. “La force économique et un marché du travail en ébullition indiquent un compromis limité – du moins pour le moment – entre croissance et inflation.”

L’indice composite de Shanghai a chuté de 0,3 % à 3 108,43 et le Nikkei 225 à Tokyo a glissé de 0,6 % à 27 153,83. Le Hang Seng de Hong Kong a chuté de 1,7% à 18 134,45.

Le Kospi sud-coréen a chuté de 0,7% à 2 331,76 et le Sensex indien a ouvert en baisse de 0,4% à 59 456,78.

La Nouvelle-Zélande a légèrement augmenté de moins de 0,1 % tandis que les marchés d’Asie du Sud-Est ont diminué.

La Fed et les banques centrales d’Europe et d’Asie augmentent leurs taux pour ralentir la croissance économique et calmer l’inflation qui est à son plus haut depuis plusieurs décennies.

Les commerçants craignent de faire dérailler la croissance économique mondiale. Les responsables de la Fed reconnaissent la possibilité que des hausses de taux aussi agressives puissent entraîner une récession, mais affirment que l’inflation doit être maîtrisée. Ils indiquent que le marché du travail américain est relativement solide comme preuve que l’économie peut tolérer des coûts d’emprunt plus élevés.

“Les nouvelles projections économiques de la Fed soulignent qu’elle tolérera une récession pour faire baisser l’inflation”, a déclaré Gregory Daco d’EY Parthenon dans un rapport.

Le rendement du Trésor à 2 ans, ou la différence entre le prix du marché et le paiement s’il est détenu jusqu’à l’échéance, est passé à 4,02 % contre 3,97 % mardi soir. Il se négociait à son plus haut niveau depuis 2007.

Le rendement du Trésor à 10 ans, qui influence les taux hypothécaires, est tombé à 3,52% contre 3,56% mardi soir.

Le S&P 500 est tombé à 3 789,93. Le Dow Jones a chuté de 1,7% à 30 183,78 et le composite Nasdaq a perdu 1,8% à 11 220,19.

Les principaux indices de Wall Street sont sur le point de connaître leur cinquième perte hebdomadaire en six semaines.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a souligné sa détermination à relever les taux suffisamment haut pour ramener l’inflation vers l’objectif de 2% de la banque centrale. Powell a déclaré que la Fed venait juste de commencer à atteindre ce niveau avec cette augmentation la plus récente.

La dernière hausse des taux de la banque centrale a relevé son taux de référence, qui affecte de nombreux prêts à la consommation et aux entreprisesà une fourchette de 3% à 3,25%, le plus haut niveau en 14 ans, et en hausse depuis zéro au début de l’année.

La Fed a publié une prévision connue sous le nom de « graphique à points » qui montrait qu’elle s’attend à ce que son taux de référence soit de 4,4 % d’ici la fin de l’année, soit un point de plus que prévu en juin.

Les prix à la consommation aux États-Unis ont augmenté de 8,3 % en août. C’était en baisse par rapport au pic de 9,1% de juillet, mais l’inflation sous-jacente, qui exclut la volatilité des prix des aliments et de l’énergie pour donner une image plus claire de la tendance, est passée à 0,6% par rapport au mois précédent, contre une augmentation de 0,3% en juillet.

Les banquiers centraux de Grande-Bretagne, de Suisse et de Norvège doivent indiquer s’ils augmenteront également à nouveau les taux. La Suède a surpris les économistes cette semaine avec une randonnée complète.

L’économie mondiale a également été bouleversée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a fait grimper les prix du pétrole, du blé et d’autres matières premières.

Sur les marchés de l’énergie, le brut américain de référence a gagné 19 cents à 83,13 $ le baril dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange. Le contrat a chuté de 1 $ à 82,94 $ mercredi. Le brut Brent, la base de prix pour le commerce international du pétrole, a avancé de 20 cents à 90,03 dollars le baril à Londres. Il a perdu 79 cents la session précédente à 89,83 $.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT