nouvelles (1)

Newsletter

L’Équateur envoie 400 policiers pour rétablir l’ordre après la mort de 116 détenus dans une émeute en prison



Émeute dans une prison en Équateur, à Guayaquil


© Reuters / VICENTE GAIBOR DEL PINO
Émeute dans une prison en Équateur, à Guayaquil

QUITO (Reuters) – La police nationale équatorienne a annoncé jeudi avoir envoyé 400 agents pour rétablir l’ordre dans l’une des plus grandes prisons du pays après une émeute cette semaine au cours de laquelle au moins 116 détenus sont morts et 80 ont été blessés.

Des gangs rivaux se sont battus pour le contrôle de la Penitenciaria del Litoral dans la province de Guayas mardi soir dans l’acte de violence carcérale le plus meurtrier de l’histoire du pays d’Amérique du Sud, après 79 et 22 morts dans les émeutes de février et juillet de cette année, respectivement.

“Environ 400 policiers mènent une opération d’intervention et de fouille à l’intérieur (de la prison) afin de maintenir l’ordre et de garantir la sécurité”, a écrit jeudi matin la police nationale Policia Ecuador sur Twitter, à côté d’une vidéo de policiers marchant avec équipement anti-émeute.

La police a ajouté plus tard que les agents avaient découvert trois engins explosifs dans la prison, située à la périphérie de Guayaquil, la plus grande ville de la nation andine. Le bureau du procureur de l’Équateur a déclaré mercredi soir qu’il collectait toujours des informations au sein du centre de détention.

Le président Guillermo Lasso a déclaré mercredi qu’il libérerait des fonds et enverrait des forces de sécurité supplémentaires dans le système pénitentiaire du pays pour éviter une répétition des affrontements.

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a déclaré mercredi qu’elle condamnait les actes de violence et appelait l’Équateur à empêcher les groupes criminels d’opérer depuis l’intérieur de ses pénitenciers.

« La CIDH exhorte à nouveau l’État de l’Équateur à enquêter sur les faits avec la diligence requise et à mettre en œuvre des mesures pour éviter une répétition, telles que le renforcement de la sécurité et de la surveillance dans les prisons », a écrit l’aile des droits de l’homme de l’Organisation des États américains basée à Washington, DC. Twitter.

(Reportage d’Alexandra Valencia à Quito ; Écriture de Luc Cohen ; Montage par Howard Goller)

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT