l'épidémie "durera encore quelques mois" - JeuneAfrique.com

L'épidémie d'Ebola qui sévit dans l'est de la République Démocratique du Congo depuis le mois d'août et qui a tué 271 personnes "durera encore quelques mois", a déclaré jeudi 6 décembre le ministre congolais de la Santé.


Déclarée le 1 er août, la dixième épidémie d’Ebola fait rage dans les provinces du Nord-Kivu (est) et d’Ituri (nord-est). "Cette épidémie durera certainement encore quelques mois", a déclaré le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga, lors d'une conférence de presse à Kinshasa.

"Chaque fois qu'un cas est rapporté aujourd'hui, par exemple, vous devez vous dire que l'épidémie durera encore 60 jours", a-t-il déclaré. Depuis le début de l'épidémie, "le nombre cumulé de cas est de 458, dont 410 confirmés et 48 probables. Au total, 271 décès (223 confirmés et 48 probables) et 146 personnes ont été guéries", a déclaré le docteur Oly Ilunga.

La maladie a touché 14 zones de santé

En outre, "94 cas suspects font l'objet d'une enquête", alors que la maladie a touché 14 zones sanitaires, dont trois en Ituri et 11 au Nord-Kivu, a déclaré le ministre de la Santé.


>>> LIRE – Ebola en RDC: l'Union européenne débloque 7,2 millions d'euros pour la lutte


Pour lui, "tout est mis en oeuvre pour continuer à rompre la chaîne de transmission de la maladie et à en limiter la propagation". Jusqu'à présent, "nous avons réussi à contenir l'épidémie dans le Nord-Nord-Kivu et par rapport aux pays voisins, mais le risque est toujours présent et nous continuons à y faire face", a-t-il déclaré.

L'épidémie, "la plus complexe de l'histoire du monde"

L’épidémie dans la région de Beni, à une cinquantaine de kilomètres de l’Ouganda, est "la plus complexe de l’histoire du monde, sans la longue expérience de nos experts congolais, sans la disponibilité de médicaments thérapeutiques, nous serions probablement dans la trajectoire de la Épidémie d’Afrique de l’Ouest "qui a fait 11 000 morts en 2014, selon le ministre Oly Ilunga Kalenga. La dixième épidémie d'Ebola sur le sol congolais depuis l'apparition du virus en 1976 est signalée dans les centres urbains à forte densité et à forte mobilité de la population. C'est en même temps une zone de grande insécurité, en raison de la présence de dizaines de groupes armés.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.