L'épidémie de choléra au Niger a atteint 13 décès sur 993 cas (ONU)

L’épidémie de choléra au Niger, qui sévit depuis le début du mois de juillet dans le district de Madarounfa, dans la région de Maradi, au centre du Niger, a atteint 13 personnes sur un total de 993, a annoncé samedi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires. . Affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) à Niamey.

L'épidémie qui a éclaté le 5 juillet dans le district sanitaire de Madarounfa s'est étendue au district sanitaire de la municipalité de Maradi, la capitale de la région, a indiqué la même source, ajoutant que le taux de létalité était de 1,3%.

Le centre de santé intégré de Dan issa (Madarounfa) est le plus touché avec 413 cas,

Le ministre de la Santé du Niger, Idi Illiassou Maïanassara, en mission dans la zone, a assuré que "tout est sous contrôle pour le moment", ajoutant que l'Etat nigérian, en collaboration avec les partenaires, déploie tous les moyens pour un bon contrôle de la situation. Tous les patients sont pris en charge dans les districts de santé.

Pour lui, "c'est une épidémie importée, car près de 90% des cas proviennent du grand voisin, le Nigeria".

Pour rappel, le choléra est une maladie bactérienne qui provoque des diarrhées sévères et se transmet par voie d'eau. Il est apparu pour la première fois au Niger en 1971. Depuis 1990, la fréquence et la taille des épidémies ont augmenté chaque année. Entre 1994 et 2016, la surveillance épidémiologique a permis de recenser 23 740 cas, dont 1 064 décès, soit un taux de mortalité élevé de 4,5%, selon les statistiques officielles.

Les principales épidémies ont été enregistrées dans la région de Tillabéry, le long du fleuve Niger, et dans celles de Tahoua, Maradi et Zinder, à la frontière avec le Nigéria.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.