nouvelles (1)

Newsletter

Le zoo de Madrid fête ses 50 ans : histoire, évolution et contradictions d’un demi-siècle animalier

L’été venait à peine de commencer dans une Espagne où commençaient à se faire sentir quelques signes de changement et d’ouverture qui ne tarderaient pas à émerger définitivement. Le 23 juin 1972, le zoo de Madrid a été inauguré en grande pompe. Un immense complexe conçu par l’architecte Javier Carvajal Ferrer et situé dans un environnement sans pareil au cœur de la ville.

Je n’aime pas les zoos mais mon petit fils veut aller voir les animaux, que dois-je faire ?

Savoir plus

C’était le début de l’une des enclaves les plus visitées de la capitale, qui ne fera que croître : en 1995, la construction de l’aquarium prendra fin et en 2010, les installations seront déclarées bien d’intérêt culturel, avec l’environnement protégé de Casa de Campo. . Actuellement, il compte environ 1 300 spécimens de 333 espèces dans un parcours de 22 hectares répartis par continents.

Cœur et conservation par l’image

“Le Zoo de Madrid est un lieu qui occupe le cœur de l’enfance de nombreux Madrilènes et de nombreux Espagnols”, explique María José Luis Cerezo, directrice de la communication du Zoo Aquarium. C’est ce que tentent de montrer diverses initiatives lancées dans le feu de l’action de cet anniversaire.

L’une d’elles, l’exposition photographique préparée par Pedro Jarque dans le métro de Madrid, peut être appréciée depuis le 28 février dernier. Un excellent apéritif pour la visite ultérieure du zoo, car il est situé à la gare de Casa de Campo. Comprend 21 clichés d’animaux de zoo pris par Jarque, lauréat du Sony World Photography Award en 2018 et 2019.

D’autre part, l’exposition 50 ans de conservation est un autre des temps forts de cet anniversaire. Réalisé en collaboration avec l’agence EFE et ouvert jusqu’au 31 octobre aux tours des chèvres hispaniques, il rassemble 45 images prises entre 1972 et 2022. Les images montrent tout, des animaux les plus aimés du zoo aux derniers projets du parc, en passant par les visites de personnalités plus ou moins illustres.



L’objectif, soulignent-ils, est de “rapprocher le public des étapes les plus marquantes qui ont fait évoluer le Zoo en tant que centre de conservation tout au long de son histoire”. Ils entendent faire connaître certains des projets de recherche, de conservation et d’éducation qui en ont fait “une référence nationale dans l’insémination artificielle d’espèces menacées, comme le panda géant ou le rhinocéros blanc”.

Les pandas, les rhinocéros et les doutes éthiques

C’est l’un des points sur lesquels Luis Cerezo insiste le plus lorsqu’il raconte ce demi-siècle d’histoire. A cette époque, les préoccupations sociales concernant l’environnement, le traitement des animaux ou leur préservation se sont considérablement accrues, de sorte qu’un zoo ne peut rester dans sa facette touristique ou oisive. Souvenez-vous du mythique Chu Lin, le panda devenu la grande attraction du parc dans les années 80. Il est mort en 1986 et les spécimens de cette espèce que l’on peut maintenant voir au zoo ne sont pas ses descendants. Cependant, avec elle, une voie s’est ouverte.

Au-delà de l’attrait de ces animaux auprès des visiteurs, le zoo est “spécialisé dans le soin et la conservation du panda géant en Espagne”. En 2007, un autre couple est arrivé de Chine, et entre 2010 et 2016, six chiots sont nés. Tout cela, et en collaboration avec le INIA-CSIC, grâce à l’insémination artificielle et à la cryoconservation d’espèces menacées. Utilisant également cette technique, et en collaboration avec l’Institut de recherche zoologique et animale de Leipzig (IZW), en 2009, le troisième veau de rhinocéros blanc est né en captivité dans le monde, le premier en Espagne.



Entre autres repères du lieu, Luis Cerezo souligne l’arrivée du couple de lynx ibériques que l’on peut voir dans le parc depuis 2016 : « Le couple a des problèmes de reproduction, donc en ne pouvant pas contribuer à la croissance du nombre de copies dans la nature dont l’espèce a besoin, dans ce cas elles contribuent à la sensibilisation ». Il souligne que depuis le zoo, ils ont le soutien du projet Iberlince. Il souligne également qu’étant intégrés à l’Association européenne des zoos et aquariums, ils doivent respecter “des paramètres de bien-être animal très élevés”.

Malgré toutes ces initiatives, le débat sur les implications éthiques de la captivité survole toujours ces espaces. Le responsable de la communication du zoo est conscient d'”une évolution qui fait qu’aujourd’hui notre travail le plus important doit être et est la conservation”. Il dit qu’ils collaborent en dehors de leurs propres installations, par le biais de financements ou de collaborations telles que la récente libération de hiboux grand-duc et d’effraie des clochers : « Il ne reste plus qu’une trentaine de couples dans la Communauté de Madrid. Les poules naissent dans le parc et nous renforçons ainsi les populations indigènes menacées ».

Le zoo au-delà du zoo

Un autre projet particulier dans lequel le zoo est impliqué est lié aux télomères, des séquences d’ADN spéciales trouvées aux extrémités des chromosomes. Sur la base de l’étude de la longévité de certaines espèces, l’équipe de vétérinaires du Zoo Aquarium de Madrid a fourni au CNIO (Centre National de Recherche sur le Cancer) des données utiles pour analyser voire prévenir certaines maladies dégénératives chez l’homme. “Notre objectif est que lorsque les gens viennent au parc, et toute la société en général, ils voient qu’il s’y passe beaucoup plus de choses que la visite elle-même”, explique Lusi Cerezo.



Il est clair que depuis l’aquarium du zoo de Madrid, “la chose la plus importante, ce sont les animaux” et il estime que nous “avons encore beaucoup à apprendre en termes de respect pour eux”. Selon lui, c’est là que réside aujourd’hui le rôle principal des zoos et aquariums : « faire prendre conscience de cette situation, collaborer à la recherche et évoluer avec la société ».

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT