Le vaccin COVID a sauvé 20 millions de vies la première année: rapport

La pandémie de coronavirus aurait pu être bien pire sans vaccinsselon une nouvelle étude qui revendique le nombre de décès enregistrés dans le monde depuis le coronavirus serait plus du triple de ce qu’il est aujourd’hui.

Dans l’année qui a suivi l’introduction du vaccin en décembre 2020, plus de 4,3 milliards de personnes ont reçu une inoculation, sauvant 20 millions de vies, selon une étude publiée jeudi dans la revue Lancet Infectious Diseases.

Si l’objectif de l’Organisation mondiale de la santé d’une couverture vaccinale de 40% d’ici la fin de 2021 dans les pays à faible revenu était atteint, 600 000 vies supplémentaires seraient épargnées, selon l’étude.

Les résultats “quantifient à quel point la pandémie aurait pu être pire si nous n’avions pas ces vaccins”, a déclaré Oliver Watson, chercheur principal à l’Imperial College de Londres.

« Catastrophique serait le premier mot qui me vient à l’esprit », a déclaré Watson à propos des décès qui seraient survenus sans une vaccination généralisée.

Plus de 6,3 millions de personnes sont mortes du coronavirus, dont plus d’un million d’Américains, selon Our World in Data. Plus de 40 000 Des habitants de New York sont décédés du virus, ont déclaré les responsables de la santé.

Les chercheurs ont étudié les données de tous les 195 pays du monde sauf dix et ont découvert que les vaccins prévenaient 19,8 millions de décès au total, dont 4,2 millions de décès en Inde et 1,9 million aux États-Unis.

Un million de personnes au Brésil ont également été épargnées par le virus grâce aux vaccins, tout comme plus d’un demi-million de personnes en France et au Royaume-Uni, ont déclaré des chercheurs.

L’étude a révélé que 14,4 millions de décès ont été évités en ne tenant compte que des décès signalés par le COVID-19, mais le nombre de vies épargnées a considérablement augmenté lorsque les scientifiques ont pris en compte les décès probablement liés au virus.

Environ 4,3 milliards de personnes ont reçu un vaccin COVID dans l’année qui a suivi son introduction.
PA

L’étude comportait des limites importantes. La Chine, le pays le plus peuplé du monde, faisait partie des pays exclus de l’étude en raison du manque d’informations sur l’effet du virus sur son immense population, ont déclaré des chercheurs. L’effet du port du masque, des confinements et des mutations possibles du COVID-19 en l’absence du virus n’a pas non plus été pris en compte dans l’étude.

Un modèle non publié de l’Institute for Health Metrics and Evaluation de Seattle a estimé que 16,3 millions de vies ont été sauvées grâce aux vaccins.

“Nous pouvons être en désaccord sur le nombre en tant que scientifiques, mais nous convenons tous que les vaccins COVID ont sauvé de nombreuses vies”, a déclaré Ali Mokdad de l’institut, expliquant que des politiques plus strictes auraient été mises en œuvre dans le monde si les vaccins n’étaient pas là pendant la flambée des variantes delta.

“Bien que nous ayons plutôt bien réussi cette fois – nous avons sauvé des millions et des millions de vies – nous aurions pu faire mieux et nous devrions faire mieux à l’avenir”, a déclaré Adam Finn de la Bristol Medical School en Angleterre, qui n’a pas été impliqué dans les conclusions publiées jeudi. .

Avec fils AP

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT