Le site parodique belge Nordpresse dénonce sa censure, Facebook dément

Le site parodique belge Nordpresse dénonce sa censure, Facebook dément

Notant que son contenu ne pouvait plus être partagé sur Facebook, Nordpresse a déclaré que dimanche matin était sur la liste noire "suite à l'affaire Benalla.
Le réseau social Facebook a nié dimanche avoir cherché à bloquer la diffusion du contenu du site de parodie belge Nordpresse sur l'affaire Benalla, citant des "problèmes techniques" pour expliquer les difficultés des internautes à partager ces contenus. Facebook s'excuse pour l'embarras Causé. "Les contenus" de Nordpresse "sont autorisés sur Facebook", a déclaré le réseau social dans un communiqué publié dimanche en fin d'après-midi. Cependant, "nous avons identifié un problème technique empêchant l'affichage d'un aperçu" lorsque les utilisateurs cherchaient à partager un lien sur le site de Nordpresse, a ajouté le réseau social. Ce problème "est réparé, et nous nous excusons pour la gêne occasionnée." "Ce sont des problèmes techniques qui ne sont pas liés au contenu", a insisté le réseau social dans son communiqué. La situation s'est rétablie. Nordpresse avait déclaré dimanche matin sur sa page Facebook avoir reçu "des centaines de messages de personnes qui ont vu leurs partages d'articles Nordpresse supprimés de Facebook". Le site prétendait qu'il avait été "blacklisté" pour ses articles satiriques sur l'affaire Benalla. Dimanche en fin d'après-midi, Nordpresse a indiqué que la situation était redevenue normale. "Il est restauré, nos publications sont de retour", a déclaré Nordpresse.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.