Le salon Vins et gastronomie ouvre la porte des saveurs à Chartres

Ils viennent de Corse, de Bretagne, d’Alsace. Les 120 exposants proposent durant trois jours, des produits régionaux et locaux. Un « petit plaisir retrouvé » pour certains habitués, comme Chantal 68 ans, qui est ravie « de goûter, comme chaque année, à toutes ces saveurs ».

« Aujourd’hui on aime savoir d’où vient ce que l’on mange »

Le salon est à la fois synonyme de plaisirs et de découvertes. « Ce salon, c’est un gage de qualité », lance Paul, 48 ans, qui a fait tomber son masque pour goûter un bout de fromage basque. « Quand on vient au salon, on est sûr de tomber sur des bons produits gastronomiques régionaux ». Du fromage, de la charcuterie et quelques pâtisseries. Le tout arrosé « d’un bon verre de vin ».

Les ressources en champignons s’appauvrissent en Eure-et-Loir

L’occasion aussi de découvrir d’autres saveurs que propose le terroir français. Brieuc, 60 ans et Valérie, 56 ans viennent pour la troisième année consécutive au salon. « Cette année on vient pour un projet mariage. On pioche dans ce qu’il y a?! Et puis, c’est important de faire vivre nos producteurs et de consommer en circuits courts. Aujourd’hui on aime savoir d’où vient ce que l’on mange. » Du côté des deux amies Annick et Nelly, 60 et 55 ans, c’est la même idée. Les deux habituées ont déjà leurs « stands de prédilection », et viennent se ravitailler chaque année. « On vient chercher autre chose que l’on ne trouve pas en supermarché. On vient chercher l’Alsace, la Lorraine. Et puis un petit bout de sud ».

L’occasion de voyager

Cette année, le salon a encore un goût plus prononcé pour les exposants. Celui des retrouvailles et de la reprise d’activités. Pour certains, le covid leur a fait perdre « près de 50 % de chiffres d’affaires ». Alors ces réunions avec le consommateur permettent « d’abord de se faire connaître, d’apporter de la visibilité mais surtout de la chaleur et du contact humain », soulignent la plupart des commerçants. « Avec la période actuelle, certaines personnes ne peuvent plus voyager. Alors venir au salon, ça nous permet de leur rapporter leurs souvenirs de corse dans leur assiette », indique Laurie de La casa corsa, qui inaugure sa première fois au salon.

Le “Truck de l’Autonomie” sur le marché

Pour Natacha Timbert, qui vend les Pastilles des Savoies, issues de la recette de sa grand-mère, le covid leur aura apporté plus « d’intérêt de la part des clients, qui aujourd’hui s’intéressent plus à la composition des produits ». Un avantage pour elle puisque la quadra propose « un produit 100 % français, naturel et familial, donc 100 % dans l’air du temps ».

Jade Sauvée

.

Previous

Observations du jour de match : Illinois | État avancé

La police en France aura des voitures peu pratiques mais traditionnelles

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.