nouvelles (1)

Newsletter

Le russe Gazprom lève la menace immédiate de couper l’approvisionnement en gaz de la Moldavie

28 novembre (Reuters) – Le producteur de gaz russe Gazprom (GAZP.MM) a retiré sa menace de réduire l’approvisionnement en gaz de la Moldavie à partir de lundi, mais a déclaré qu’il se réservait le droit de réduire ou d’arrêter les flux à l’avenir si la Moldavie ne parvenait pas à effectuer les paiements convenus.

La semaine dernière, Gazprom a accusé l’Ukraine de retenir les approvisionnements en gaz qui traversent le pays sur le chemin de la Moldavie – ce que Kyiv a démenti – et a déclaré qu’elle pourrait commencer à réduire ces flux à partir de lundi.

Dans sa dernière déclaration, Gazprom a déclaré que la société moldave de gaz naturel Moldovagaz avait payé les livraisons de gaz en novembre, ajoutant qu’elle avait reçu le paiement de ce qu’elle appelait du gaz destiné aux clients moldaves mais qui restait en Ukraine.

Cependant, Gazprom a accusé la Moldavie de “violations régulières” des obligations de paiement et a ajouté : “Gazprom se réserve le droit de réduire ou de suspendre complètement les approvisionnements en cas de violation de paiement”.

Les prix du gaz européen ont augmenté la semaine dernière suite à la menace de Gazprom de couper les flux vers la Moldavie, car la route d’approvisionnement via l’Ukraine est le dernier corridor gazier russe fonctionnel vers l’Europe.

Lundi à 12 h 13 GMT, le contrat de référence néerlandais du premier mois était en baisse de 3,2 % à 121,15 euros/MWh.

L’approvisionnement en gaz est une source constante de tension entre la Russie et la Moldavie. Gazprom affirme que l’ancienne république soviétique lui doit environ 9 milliards de dollars, une dette qui s’est accumulée au fil des décennies en raison des non-paiements de la région séparatiste moldave de Transnistrie, où environ 1 200 soldats russes sont stationnés.

La Moldavie refuse de reconnaître la dette comme sienne. La Transnistrie utilise actuellement environ 40 % du gaz importé par le pays, mais ne paie pas le gouvernement moldave pour cela et refuse de discuter de la question.

Vadim Ceban, directeur de Moldovagaz, a déclaré lundi que la facture de gaz anticipée de novembre avait doublé pour atteindre 42 millions de dollars – ce qu’il a dit que Moldovagaz avait payé – dans un contexte d’augmentation de la demande de gaz en Transnistrie.

Signe que les flux n’ont pas été interrompus, Gazprom a déclaré lundi séparément qu’il expédiera 42,2 millions de mètres cubes de gaz vers l’Europe via l’Ukraine lundi, une légère baisse par rapport au niveau de 42,6 millions de mètres cubes de dimanche. Les deux chiffres incluent les flux vers la Moldavie.

La Russie fournissait environ 40 % du gaz naturel de l’Europe, principalement par le biais de pipelines, mais la plupart de ces exportations ont été interrompues depuis le début de la guerre.

La Moldavie et l’Ukraine ont accusé la semaine dernière la Russie d’utiliser l’approvisionnement en gaz comme instrument de chantage, une accusation que Moscou rejette.

Reportage de Reuters ; Montage par Mark Trevelyan et David Evans

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT