Le remdesivir réduit significativement la charge virale du SRAS‐CoV‐2 sur les écouvillons nasopharyngés chez les patients hospitalisés atteints de COVID‐19 : une étude cas‐témoin rétrospective. – Biancofiore – – Journal of Medical Virology

Fond

Le remdesivir est un agent antiviral à large spectre capable d’inhiber l’ARN polymérase du SARS-CoV-2. A l’heure actuelle, les études portant sur l’effet du remdesivir sur la charge virale (CV) sont peu nombreuses et aux résultats contrastés. Le but de la présente étude était d’évaluer l’effet du remdesivir sur le SRAS-CoV-2 CV à partir d’écouvillons nasopharyngés (critère de seuil de cycle) dans un échantillon de patients traités avec le médicament, par rapport aux patients qui n’ont pas reçu le traitement antiviral.

Méthodes

Cette analyse rétrospective a évalué des patients avec (1) un diagnostic de COVID-19 confirmé par réaction en chaîne par polymérase en temps réel (RT-PCR) et (2) la disponibilité d’au moins deux écouvillons nasopharyngés positifs analysés avec la même plateforme analytique (gène cible ORF, Ingenius ELITe, Groupe ELITech, Puteaux, France). Des échantillons des voies respiratoires supérieures provenant d’écouvillons nasopharyngés ont été prélevés à l’admission (T0) et 7 à 14 jours après le traitement, sur décision clinique. Un total de 27 patients traités par remdesivir (groupe A) répondaient aux critères d’inclusion et ont été comparés à 18 patients (groupe B) traités avec des soins standards, appariés pour les caractéristiques cliniques de base.

Résultats

Au départ, les patients traités et non traités par le remdesivir présentaient des CV comparables (21,73 ± 6,81 contre 19,27 ± 5,24, p = 0,348). Lors du deuxième écouvillonnage, les patients traités au remdesivir ont montré une réduction de la CV plus prononcée par rapport aux témoins (34,28 ± 7,73 contre 27,22 ± 3,92 ; p < 0,001). Le modèle linéaire longitudinal a estimé une diminution moyenne du CT égale à 0,61 (ES 0,09) par jour chez les patients traités par le remdesivir contre 0,33 (ES 0,10) par jour chez les patients non traités par le remdesivir (p pour l'hétérogénéité = 0,045).

conclusion

La présente étude montre que l’administration de remdesivir chez les patients hospitalisés COVID-19 réduit significativement la CV sur les écouvillons nasopharyngés.

Cet article est protégé par le droit d’auteur. Tous les droits sont réservés.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT