Nouvelles Du Monde

Le PSOE ignore les avocats du Congrès et accélère pour supprimer le droit de veto sur les budgets du Sénat

Le PSOE ignore les avocats du Congrès et accélère pour supprimer le droit de veto sur les budgets du Sénat

2024-06-14 03:54:08

Après les élections européennes, Pedro Sánchez clôture le cycle électoral et veut commencer à légiférer. À tout le moins, prétendre que le Parlement est vivant et qu’il a la capacité de résister jusqu’en 2027. Le défi le plus important qui nous attend est d’approuver les budgets 2025 et, pour cela, il a commencé à préparer le terrain avec une modification du Loi de stabilité budgétaire visant à supprimer le droit de veto du Sénat sur les objectifs de déficit et de dette présentés chaque année par le Gouvernement pour l’établissement des Comptes. En 2023, le gouvernement s’est heurté à la majorité absolue du PP au Sénat et veut désormais éviter à nouveau ce scénario.

Cependant, la modification législative est entourée de nombreuses controverses car elle est censée être introduite par le biais de la loi sur la parité : c’est-à-dire par un amendement (96) sur les 110 présentés. En fait, le rapport de l’avocat de la Commission pour l’égalité met en garde contre la possibilité qu’il soit inconstitutionnel d’introduire une réforme législative à travers une autre loi sans aucun lien dans son contenu. «De l’avis de cet avocat, les amendements no. 76 et non. 96 ne sont pas conformes à l’objectif du projet de loi organique en cours d’élaboration et, conformément à la doctrine réitérée du Tribunal Constitutionnel, leur traitement comme amendements pourrait violer le droit des députés reconnu dans l’article 23 de la Constitution espagnole”, déclare le rapport de l’avocat.

Lire aussi  La réunion de l'ASEAN se concentre sur le renforcement de la coopération en matière de sécurité alimentaire

Cependant, le PSOE et Sumar ont ignoré l’avertissement de l’avocat et ont en fait voté contre l’acceptation du rapport, tant lors d’une réunion du Conseil de la Commission pour l’égalité que lors d’une réunion du Conseil du Congrès. C’est-à-dire que les deux partis gouvernementaux ont choisi d’ignorer explicitement les indications des services juridiques de la Chambre du Congrès.

L’amendement que le Gouvernement tente d’incorporer dit ce qui suit : « Si les objectifs de stabilité budgétaire et de dette publique sont approuvés par le Congrès, ils sont rejetés par le Sénat, ces objectifs seront soumis à un nouveau vote en séance plénière du Congrès. approuvant s’il les ratifie à la majorité simple. De cette manière, si le Sénat, avec la majorité absolue du PP, rejette les objectifs de dette et de déficit, ils seront à nouveau votés au Congrès, qui a une majorité de PSOE, Sumar et les partenaires indépendantistes, ce qui permettra Le gouvernement doit traiter les budgets.

Sans objectifs de stabilité budgétaire, il n’est pas possible de traiter les budgets. C’est pourquoi il est si important que le gouvernement s’attache à ce point.

Lire aussi  MotoGP, résultats et temps d'essais : Bagnaia établit un record au Qatar, Bastianini 2e et Espargaró 3e

Cependant, le gouvernement n’aura pas non plus de facilité à approuver ce projet de loi, car lors de la première réunion de présentation hier, il a pris position contre PP et Vox. Reste à savoir quelle sera la position finale des quatre députés de Podemos, essentielle pour que l’initiative avance et, étant donné qu’il s’agit d’une loi sur l’égalité, ils vont vendre cher leur soutien.

La loi sur la parité est la première initiative législative que le Conseil des ministres a approuvée au cours de cette législature, mais elle était restée dans un tiroir. Après la réunion de la Présentation d’hier, les délais de traitement sont accélérés et la loi sera probablement prête avant septembre. Cette circonstance est importante car elle permettra au Gouvernement d’arriver à l’automne avec une voie claire pour approuver les Budgets.

Les objectifs de stabilité budgétaire, tels qu’établis par la loi, sont généralement approuvés par le Gouvernement au cours du premier semestre. A cette occasion, la Moncloa est déjà en retard, mais on espère qu’avant l’automne elle acceptera ceux de 2025 afin de pouvoir présenter les budgets en octobre au Congrès. À partir de là, il faudra voir comment évoluent les négociations car Junts et Esquerra vont être très exigeants et sont à un moment empoisonnés par le blocus politique qui existe en Catalogne.

Lire aussi  L’Occident commence à regretter l’échec des accords d’Istanbul

Les indépendantistes pourraient exiger une réforme du financement, car il ne faut pas oublier que Junts et Esquerra veulent collecter tous les impôts payés en Catalogne. D’un autre côté, le gouvernement aura également une force de négociation si, comme tout l’indique, l’application de l’amnistie se bloque : il devra alors probablement modifier la règle.

Le PP s’était déjà opposé aux objectifs de stabilité budgétaire lors de la dernière législature, car il assurait que le gouvernement se retrouvait avec la quasi-totalité de la capacité d’endettement et laissait les autonomies au minimum. Le Parti populaire, qui détient la quasi-totalité du pouvoir autonome, pariait sur un plus grand équilibre, mais le Gouvernement s’y est opposé. Par ailleurs, le PP défend également une réduction de l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les revenus faibles et moyens et une réduction de la TVA sur la viande, le poisson et les conserves.

Si le gouvernement se retrouve à nouveau à court de budget en 2025, il ne pourra probablement pas survivre et l’Espagne devra se rendre à des élections générales.



#PSOE #ignore #les #avocats #Congrès #accélère #pour #supprimer #droit #veto #sur #les #budgets #Sénat
1718341601

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT