Le projet de décharger le navire échoué avec une grue flottante échoue, ils recherchent une nouvelle option

| |

La situation avec le grand navire marchand échoué près de Kamen Bryag est devenue plus compliquée après l’échec du plan initial de le décharger par grue flottante et barge. De nouvelles options sont recherchées. Cela ressort clairement des propos du directeur exécutif de l’Agence exécutive de l’administration maritime, le capitaine Zhivko Petrov, lors d’un briefing pour les journalistes au ministère des Transports.

Casquette. Petrov a expliqué que le propriétaire du navire avait nommé un représentant qui, avec les assureurs, avait pris des mesures pour établir les dommages et prendre des mesures pour libérer le navire des hauts-fonds.

Une inspection en plongée et un relevé de profondeur ont été effectués, car il s’agit d’une zone qui n’est pas utilisée pour la navigation car il y a des rochers. L’objectif est de voir si un autre navire, une grue flottante ou un remorqueur, peut s’approcher du navire, a ajouté Cap. Petrov.

Un plan complet et une estimation pour la libération du navire du haut-fond ont déjà été fournis. Cependant, comme il n’y avait pas de place pour un autre navire à côté, il a été suggéré qu’une partie de la cargaison soit déchargée en mer. Bien que la cargaison ne soit pas dangereuse pour le milieu marin, le ministère de l’Environnement et de l’Eau et l’Administration maritime ne sont pas d’accord et estiment que d’autres options devraient être recherchées pour décharger le navire. La principale raison du refus est qu’il existe une zone protégée. Le problème est que la charge est importante. Il faut environ la moitié de la cargaison – 1000-1500 tonnes, pour être enlevée pour voir si le navire pourra naviguer.

Les parties avant du navire sont percées et il y a environ 550 à 600 tonnes d’eau dans la coque. Étant donné qu’il est coincé sur un rocher, on estime qu’au moins 1000 tonnes doivent être déchargées. Mais un déchargement complet peut être nécessaire. Par conséquent, des options sont actuellement envisagées avec les forces et les moyens pour décharger le navire.

Lire aussi  Cathédrale de Chartres : les statues parlent, mais seulement pendant la "golden hour"

Il n’y a pas de danger pour l’équipage, et il n’y a pas de danger de pollution, car le navire n’a quasiment plus de carburant. Le capitaine Petrov a assuré qu’il ne pouvait y avoir de déversement de pétrole.

Il ne s’agit pas de garder le navire là longtemps, car une tempête pourrait le briser et couler.

.

Previous

Un dealer jette de la drogue sur un terrain de jeu : un tout-petit veut distribuer des boules de cocaïne en guise de bonbons | À l’étranger

Un ancien soldat de la Louisiane fait face à une accusation fédérale de droits civiques

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.