le procès de Claude Chossat, repenti de la mafia corse, s'ouvre sous haute tension

Jugé lundi devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône pour l'assassinat, il conteste un chef de la mafia corse, Claude Chossat, qui a collaboré après cette affaire avec la police et la justice, est menacé de mort par son ancien clan.

Un procès singulier s'ouvre pendant deux semaines devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence, pour l'assassinat en avril 2018 de Richard Casanova, le patron de la Sea Breeze, organisation mafieuse installée en Corse depuis 30 ans. années. Sur le quai, Claude Chossat, ancien chauffeur du parrain Francis Mariani, nie être l'auteur du meurtre et dit que c'est Francis Mariani qui "abattu Richard Casanova" à Porto-Vecchio.

"Quand il m'a dit ce qu'il avait fait ce jour-là, j'ai su que j'étais piégé par lui", il dit. Claude Chossat, qui a collaboré avec les tribunaux pour aider au démantèlement de l'organisation, a été libéré en 2012 sous surveillance judiciaire. Cela fait huit ans que ce repentant vit caché de peur de représailles.

Aujourd'hui âgé d'une quarantaine d'années, Claude Chossat affiche une force tranquille, mais seulement en apparence. Parce qu'il craint pour sa vie. "La mafia corse est quelque chose de très violent et je sais que je leur ai fait mal avec mes déclarations, car il y a eu des condamnations, il y a eu de grosses pertes financières de leur côté. Les gens me veulent", dit-il à franceinfo. "J’ai volontairement choisi de tourner le dos au milieu et c’est ce choix que je suppose. Même si c’est compliqué aujourd’hui, je l’assume complètement. Quand j’ai décidé de changer de poste, j’en suis venu à le faire pour ma famille et aussi parce que je me suis rendu compte que la vie n’était pas celle ".il explique.

Du côté obscur, lorsque nous approchons de cette mafia, nous ne la voyons pas, nous le réalisons au fur et à mesure et nous nous retrouvons souvent devant le fait accompli.Claude Chossatchez franceinfo

Claude Chossat vit avec une menace permanente de mort. Une vie d'évasion où il faut bouger constamment, avec sa femme et ses deux filles, peu d'amis, pas d'attachement. "Nous ne prenons pas de rendez-vous à l'avance, nous faisons tout au jour le jour, nous essayons de tout contrôler et nous ne faisons rien au hasard"il explique.

"Je suis très très souvent à l'affût car justement, mes ennemis, je les connais, je sais de quoi ils sont capables et je sais ce qu'ils peuvent me faire le jour où ils l'auront décidé"il continue. Claude Chossat explique qu'il voulait refaire sa vie dans la Drôme, jusqu'en 2016, date à laquelle "Ces gens" l'ai trouvé. "Il y avait des scouts autour de chez moi et un autre déménagement", il dit.

J'ai déménagé huit fois en huit ans, je vis caché.Claude Chossatchez franceinfo

"Mes enfants savent qu’à un moment de ma vie, j’ai eu des problèmes, ils savent que du jour au lendemain je peux être tué, je peux retourner en détention et c’est vrai qu’ils ont beaucoup de soucis (…) Nous devons essayer de dire que, ici, la façon de choisir, ce n’est pas ma façon de choisir. Au contraire, nous devons essayer d’aller dans la bonne direction, dans le sens du travail et de la vie civique "il explique.

Depuis l'assassinat de Richard Casanova, bon nombre de témoins et de personnes impliquées ont disparu, victimes de règlements de comptes. Francis Mariani, il est décédé en 2009 dans l'explosion d'un hangar. C’est donc un procès sous tension qui s’ouvre aujourd’hui à Aix-en-Provence, où l’un et l’autre se croisent, parties civiles et accusés. Tout le passé appartenait au même clan et les avocats de Claude Chossat craignent les pressions. "Cela représente toujours une bascule et en même temps, il est toujours accusé", explique Maître Edouard Martial, l'un des avocats de la défense. "Il devra donc répondre aux parties civiles appartenant à ce système du crime organisé", il dit.

En plus de savoir comment le repentant ou le collaborateur de la justice doit être dans le système judiciaire français, il faut d'abord se défendre.Edouard Martial, avocat de la défensechez franceinfo

Charles Dufran, l'autre avocat qui défend Claude Chossat, y voit une question délicate et un public qui peut être compliqué. "Il y a le progrès des enquêtes qui sont en cours dans cette affaire, avec des juges, des enquêteurs travaillant avec des postures enregistrées, et à côté de cela, dans la vraie vie, il y a des meurtres à droite. À gauche, des hangars qui explosent , les gens qui sont en train de se faire mitrailler et que nous comprenons très vite que tout est lié. Cette atmosphère est complètement palpable, elle est presque physiquement palpable à la lecture du procès-verbal "il explique. Claude Chossat espère la clémence … pour un repentant. Le procès doit durer deux semaines. Les audiences sont programmées sous surveillance policière.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.