Le président du Conseil de l'Europe a signalé la menace de Ruxit

08.11.2018

(mis à jour: )

15722

MOSCOU, 8 novembre – RIA News. Le président du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, a annoncé la menace du retrait de la Russie de cette organisation, qu’il a appelée Ruxit, rapporte la publication Yle.

Le bâtiment du Conseil de l'Europe à Strasbourg. Photo d'archives
Le Conseil de l'Europe fixe à la Russie un délai

"L'Europe fait face à une menace réelle non seulement au Brexit, mais également à Ruxit", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec le chef du ministère finlandais des Affaires étrangères, Timo Soini.

Dans le même temps, Soini lui-même a souligné que la Finlande, qui présidera le Conseil de l'Europe pendant deux ans, fera tout son possible pour résoudre le problème du paiement des cotisations par la Russie.

"Lorsqu'un Etat est membre d'une organisation, il doit payer des contributions. Cela s'applique à tout le monde. Si un pays ne paie pas, il ne peut pas bénéficier des privilèges de l'adhésion", a déclaré le ministre.

Début novembre, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a eu une conversation téléphonique avec Thorbjørn Jagland, au cours de laquelle il a discuté avec le Secrétaire Général d'une "situation de crise" dans l'organisation.

Le chef de la diplomatie russe a déclaré que Moscou voulait rester au Conseil de l'Europe et ne s'en allait que si les autres pays membres de l'organisation prenaient des mesures pour l'exclure.

Situation de l'APCE

  • Oui, cela n’a aucun sens de faire partie d’une organisation sous pression constante.

  • Il serait sage de suspendre publiquement l'adhésion

  • Non, ne faites pas de mouvements brusques

En 2014, en raison de la situation en Crimée et en Ukraine, la Russie a été privée du droit de vote à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Au cours de la prochaine année, l'APCE a examiné à deux reprises la question du rétablissement des pouvoirs de la délégation russe, mais les sanctions ne faisaient que se renforcer. Après cela, la Russie a décidé de ne plus travailler dans de telles conditions et, en 2016-2018, n’a pas envoyé de candidature pour confirmer les pouvoirs de la délégation.

À la fin du mois de juin de l'année dernière, il a été annoncé que Moscou suspendait le paiement de contributions au Conseil de l'Europe en raison de la non-participation de la délégation russe aux travaux de l'Assemblée parlementaire. En 2018, la Russie ne payait pas non plus de taxe. En octobre, Jagland avait déclaré qu'en cas de refus de payer des contributions pendant deux ans, le pays pourrait être exclu de l'organisation. Pour la Russie, cette période arrive en juin 2019.

Depuis 1996, la Russie est l’un des cinq principaux contributeurs au budget du Conseil de l’Europe. Au moment de la suspension du transfert d'une partie de la contribution en 2017, sa taille s'élevait à plus de 33 millions d'euros par an.

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.