Home » Le porte-parole du vice-président déclare qu’il n’est pas interdit d’utiliser les fonds du Hajj pour les infrastructures

Le porte-parole du vice-président déclare qu’il n’est pas interdit d’utiliser les fonds du Hajj pour les infrastructures

by Nouvelles

Eramuslim.com – Concernant les fonds du Hajj, le porte-parole du vice-président indonésien Ma’ruf Amin, Masduki Baidlowi, a déclaré que les fonds peuvent être utilisés pour le développement des infrastructures tant que les exigences de la charia sont respectées et que leur utilisation est sûre.

“Il n’y a aucune interdiction contre cela, tant que c’est sûr. L’investissement est autorisé, à la fois légalement et par fatwa, tant que les conditions sont remplies et qu’il est sûr”, a déclaré Masduki dans sa déclaration à Jakarta, mercredi (9/6), cité par ANTARA.

Le secrétaire général adjoint du PBNU, Masduki Baidlowi, au bureau du PBNU.TEMPO/Muhammad Hidayat

Jusqu’à présent, a poursuivi Masduki, il n’y a eu aucun investissement direct des fonds du Hajj dans les infrastructures car il y a encore des considérations quant à savoir si le développement est sûr ou non.

“Actuellement, il n’y a pas d’allocation d’investissement direct dans l’infrastructure, non pas parce que cela est interdit par la loi et les principes de la charia. Donc, si ça n’existe pas, ce n’est pas parce que c’est interdit, mais plutôt c’est plus sûr ou de ne pas y être amené », a-t-il expliqué.

Masduki a déclaré que la plupart des investissements réalisés par l’Agence de gestion financière du Hajj (BPKH) étaient avec State Sharia Securities (SBSN).

En outre, les fonds du hajj sont également utilisés pour construire des infrastructures publiques, telles que des dortoirs de hajj, des madrasas, des immeubles de bureaux religieux et des universités islamiques.



“C’est légal, réglementaire et les principes de la charia ne sont pas interdits. Il n’est pas permis que les fonds du Hajj soient investis par le biais de sukuk ou d’autres fonds non liés à la charia », a-t-il affirmé.

See also  Le procureur général a demandé à expliquer comment la répétition des violations constatées dans l'affaire Pujata dans d'autres procédures sera évitée.

Auparavant, le chef de l’agence d’exécution du BPKH, Anggito Abimanyu, avait déclaré que 90 % des investissements dans les fonds du Hajj étaient sous forme de titres de la charia et de sukuk d’entreprise.

Il a également déclaré que son parti n’allouait pas de fonds pour le hajj au financement des infrastructures. L’investissement dans les fonds Hajj est utilisé avec un profil de risque faible à modéré.

« Jusqu’à 90 pour cent sont sous la forme de titres de la charia d’État et de sukuk d’entreprise », a-t-il déclaré. []

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.