Nouvelles Du Monde

Le patriarcat rampant des jeunes de vingt ans : ils ont les mêmes stéréotypes que par le passé

Le patriarcat rampant des jeunes de vingt ans : ils ont les mêmes stéréotypes que par le passé

2023-11-29 19:16:37

Comment les filles se perçoivent : une combinaison de beauté, de force, d’affection et d’intelligence. Et comment leurs pairs masculins se voient eux-mêmes : un mélange de force, d’arrogance, de sexualité et de pouvoir. Ils ressemblent à des mots anciens ou, mieux encore, à des mots qui décrivent une idée ancienne du masculin et du féminin. Ce sont plutôt les 4 premières définitions que les filles et les garçons d’une vingtaine d’années choisissent pour se décrire eux-mêmes et leurs pairs, selon une recherche menée dans la région de Padoue il y a quelques mois. C’est aujourd’hui.

“D’après notre enquête, les 4 premiers termes sont ceux utilisés par 50% des garçons pour définir le féminin et les 4 seconds sont ceux utilisés pour qualifier le masculin par 40% des filles”, explique-t-il. Carlo Forestaprofesseur ordinaire d’endocrinologie à l’Université de Padoue et président de la Fondazione Foresta, l’organisation à but non lucratif qui, en collaboration avec Pietro Aliprandi, psychothérapeute de Padoue, a mené cette enquête il y a quelques mois.

Violences basées sur le genre chez les jeunes adultes : comment les aider à faire face aux échecs et aux déceptions

par Valéria Pini


“Une étude scientifique – explique Foresta – que nous avons réalisée en tant que Fondation en soumettant un questionnaire à 578 filles et 367 garçons”, près d’un millier de personnes âgées en moyenne de 21 ans, tous élèves des dernières années du lycée de la région de Padoue ou inscrit dans les premières années de l’Université de Padoue. En traitant les réponses aux questionnaires, nous avons pensé qu’il y a 40 à 50 ans, nous aurions probablement obtenu à peu près les mêmes résultats. Une réflexion qui nous a beaucoup frappés”. Mais revenons à l’étude : si, comme nous le disions, 50 % des hommes interrogés décrivaient le féminin comme une combinaison équilibrée de beauté, de force, d’affection et d’intelligence, il y en a 40 autres. % de garçons qui représentaient le féminin avec des mots tels que maternité, fragilité, soin et sensibilité.

Lire aussi  Guerre Israël-Hamas : les médecins de la région du Grand Toronto parlent de leurs expériences de traitement des blessés à Gaza

Les mots pour vous définir

Cette fois-ci, lorsqu’on a demandé aux garçons de se décrire en quatre mots, ces mots étaient autonomie, pouvoir, force, arrogance, “pas très différents de ceux que les filles utilisent pour les décrire”, réfléchit Foresta. Et les filles ? Comment décrivaient-ils le féminin, c’est-à-dire eux-mêmes ? “Avec des termes tels que beauté, intelligence et sensibilité. En fin de compte, dans ce cas également, tout à fait d’accord avec leurs pairs du sexe opposé.”

Dépression chez les enfants, un guide pour aider la génération « trahie »

par Orietta Cicchinelli



Scénographie de la pensée

Mais si l’on y réfléchit, la perception que les jeunes de 20 ans ont d’eux-mêmes et du sexe opposé, ou du moins les mots qu’ils utilisent pour se décrire, nous renvoie à une image différente de celle que nous avons sous les yeux au quotidien. . . En d’autres termes, nos enfants et petits-enfants ne regardent pas, du moins pas exactement et pas en grand nombre, comme ils le représentent eux-mêmes avec des mots. “C’est vrai, nous le pensons aussi, les jeunes de 20 ans vivent immergés dans la réalité contemporaine dans tous les sens, de la technologie aux relations – poursuit l’expert -. Il semble presque qu’ils se voient et se représentent, au moins en partie, comme ils ne le sont pas, un peu comme s’ils vivaient dans un cadre de pensée qui n’était pas parfaitement aligné avec la réalité”.

Lire aussi  Voici comment laver les carottes crues : évitez les fortes infections

Une scénographie ancienne. « Exactement – confirme Foresta – En d’autres termes, les stéréotypes qui caractérisent les différences entre hommes et femmes semblent si profondément enracinés qu’ils sont également inhérents aux nouvelles générations et semblent partagés par les sexes, ce qui met en évidence une condition stéréotypée de rampage. patriarcat”.

La difficulté de s’identifier aux personnes discriminées

D’après les données collectées, les filles étaient 2,4 fois plus attentives au dialogue sur l’égalité des genres que les garçons : sur une échelle de 1 à 10, 65 % des filles ont répondu 10, contre 27 % des garçons. “Des réponses – commente Foresta – qui suggèrent un possible échec des efforts éducatifs et culturels réalisés jusqu’à présent étant donné que les véritables destinataires des campagnes de sensibilisation, les hommes, semblent beaucoup moins intéressés par le sujet. À mon avis, cela est dû à l’incapacité, de la part des hommes, de comprendre et de s’identifier aux victimes de discrimination fondée sur le genre”.

Lire aussi  payez 149 euros et évitez la file

Andrologues : « L’éducation sexuelle pour lutter contre les violences de genre »



Mais un manque d’intérêt pour le débat peut être révélateur, et selon certains, d’un mécanisme de défense de la part des hommes qui pourrait cacher une fragilité non reconnue par eux-mêmes et par le sexe opposé. « Que l’homme subisse les conséquences d’un stéréotype sur sa propre représentation sociale est une hypothèse qui semble confirmée par les résultats de notre enquête. Le patriarcat survit grâce à la transmission des visions et des conceptions de la vie, de la femme et de la description de soi. en tant qu’homme, elle est enracinée dans la culture et les attitudes et ne peut être résolue qu’avec une nouvelle approche éducative. C’est l’éducation – conclut Foresta – qui doit être mise au centre”.



#patriarcat #rampant #des #jeunes #vingt #ans #ils #ont #les #mêmes #stéréotypes #par #passé
1701276086

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT