Le moustique tigre poursuit sa progression en France

Peut-on parler d’un nouveau «risque sanitaire majeur» pour la France métropolitaine? Le rapport parlementaire publié cette semaine est affirmatif: le moustique tigre continue de s’établir dans de nouveaux territoires en France. L’insecte est connu pour transporter et transmettre des maladies telles que la dengue, le chikungunya ou même le Zika. Autant de pathologies que l’on imaginait, jusqu’à récemment, endémiques aux DOM-TOM.

Le moustique tigre, également appelé Aedes Albopictus, est désormais fermement établie dans 58 départements métropolitains, selon le rapport parlementaire. Une progression fulgurante quand on sait que la métropole ne comptait pas aucun spécimen encore il y a 16 ans. Le moustique étant arrivé par l’Italie, c’est logiquement dans le sud de la France que l’on trouve le plus.

Mais sa progression vers le nord de l’Europe est confirmée, avec des spécimens signalés en Belgique, aux Pays-Bas ou même en Allemagne. Si le nord de la France est encore relativement épargné, leAedes Albopictus est «officiellement implantée» dans le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et l’Aisne. L’Île-de-France est également en alerte.

Une augmentation des pathologies en France

“Ses œufs ont une coquille imperméable et peuvent résister à de longues périodes de froid et de sécheresse”, indique le rapport. Une manière d’expliquer la progression inquiétante de l’insecte, qui suit généralement les grandes routes européennes.

En France, les pathologies liées à moustique tigre augmentent depuis plusieurs années. En 2017, le Var, par exemple, a détecté 17 cas de chikungunya, alors qu’il n’y en avait que 2 en 2010. L’année dernière, 12 cas de Zika ont également été repérés pour la première fois en France métropolitaine.

La rédaction vous recommande


Lire la suite

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.