Le monde fait une nouvelle offre pour éviter une catastrophe climatique

| |

Par Mark John, Kate Abnett et Valerie Volcovici



PHOTO DE DOSSIER: Des militants pour le climat célèbrent le cinquième anniversaire de l'Accord de Paris sur le changement climatique, à Paris


© Reuters/BENOIT TESSIER
PHOTO DE DOSSIER: Des militants pour le climat célèbrent le cinquième anniversaire de l’Accord de Paris sur le changement climatique, à Paris

GLASGOW (Reuters) – Les dirigeants mondiaux commenceront à descendre dimanche dans la ville écossaise de Glasgow pour le sommet des Nations Unies COP26, présenté comme une chance décisive de sauver la planète des effets les plus calamiteux du changement climatique.

Chargement...

Erreur de chargement

Retardée d’un an en raison de la pandémie de COVID-19, la COP26 vise à maintenir en vie un objectif de plafonnement du réchauffement climatique à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels – la limite selon les scientifiques éviterait ses conséquences les plus destructrices.

Atteindre cet objectif, convenu à Paris en grande pompe en 2015, nécessitera un élan politique et des efforts diplomatiques lourds pour compenser l’action insuffisante et les promesses vides qui ont caractérisé une grande partie de la politique climatique mondiale.

La conférence doit obtenir des engagements plus ambitieux pour réduire davantage les émissions, verrouiller des milliards de dollars dans le financement climatique et terminer les règles pour mettre en œuvre l’Accord de Paris avec le consentement unanime des près de 200 pays qui l’ont signé.

“Soyons clairs – il existe un risque sérieux que Glasgow ne livre pas ses fruits”, a déclaré la semaine dernière le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, aux dirigeants des pays riches du Groupe des 20 (G20).

“Même si les engagements récents étaient clairs et crédibles – et il y a de sérieuses questions à propos de certains d’entre eux – nous nous dirigeons toujours vers une catastrophe climatique https://www.reuters.com/business/healthcare-pharmaceuticals/uns-guterres-says-g20 -doit-do-do-more-climate-address-metrust-2021-10-29.”

Les engagements actuels des pays à réduire les émissions entraîneraient une augmentation de la température moyenne de la planète de 2,7 ° C ce siècle, ce qui, selon l’ONU, accentuerait la destruction que le changement climatique provoque déjà en intensifiant les tempêtes, exposant davantage de personnes à une chaleur mortelle et à des inondations, tuant les récifs coralliens et détruire les habitats naturels.

Les signaux avant la COP26 sont mitigés. Un nouvel engagement de la Chine, le plus grand pollueur du monde, la semaine dernière, a été qualifié d’occasion manquée qui jettera une ombre sur le sommet de deux semaines. Les annonces de la Russie et de l’Arabie saoudite ont également été ternes.

Le retour des États-Unis, la plus grande économie du monde, aux pourparlers de l’ONU sur le climat sera une aubaine pour la conférence, après une absence de quatre ans sous le président Donald Trump.

Mais comme de nombreux dirigeants mondiaux, le président Joe Biden arrivera à la COP26 sans législation ferme en place pour tenir son propre engagement climatique alors que le Congrès se dispute sur la façon de le financer et une nouvelle incertitude https://www.reuters.com/world/us/us -supreme-court-hear-bid-curb-federal-power-limit-carbon-emissions-2021-10-29 si les agences américaines peuvent même réglementer les émissions de gaz à effet de serre.

Les dirigeants du G20 réunis à Rome ce week-end diront qu’ils visent à plafonner le réchauffement climatique à 1,5°C, mais éviteront largement les engagements fermes, selon un projet de déclaration consulté par Reuters.

Galerie : Les pays les plus polluants du monde (Lovemoney)

Selon l'ONU, le monde est sur la bonne voie pour une élévation de température catastrophique de 2,7°C (4,9°F) si nous ne changeons pas nos habitudes rapidement.  Malgré les objectifs de réduction de notre empreinte carbone collective d'ici 2030, de nombreux pays continuent de polluer la planète à cause des combustibles fossiles et de la déforestation.  Mais quels sont les pires contrevenants ?  Alors que la conférence sur le climat COP26 commence, lisez la suite pour découvrir les 20 pays les plus polluants, en utilisant les données 1850-2021 du site Web de science climatique Carbon Brief.

La déclaration conjointe reflète des négociations difficiles, mais détaille peu d’actions concrètes pour limiter les émissions de carbone. https://www.reuters.com/business/environment/g20-leaders-try-cap-global-warming-15-degrees-draft-2021-10-30

Le G20, qui comprend le Brésil, la Chine, https://www.reuters.com/world/china/britain-not-expecting-chinas-xi-glasgow-un-envoy-2021-10-28 L’Inde, l’Allemagne et les États-Unis États-Unis, représente environ 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais l’espoir que la réunion de Rome pourrait ouvrir la voie au succès en Écosse s’est considérablement estompé.

L’OMBRE DU COVID-19

Ajoutant au contexte géopolitique difficile, une crise énergétique mondiale a incité la Chine à se tourner vers le charbon très polluant pour éviter les pénuries d’électricité, et a laissé l’Europe à la recherche de plus de gaz, un autre combustible fossile.

En fin de compte, les négociations se résumeront à des questions d’équité et de confiance entre les pays riches dont les émissions de gaz à effet de serre ont causé le changement climatique, et les pays pauvres étant invités à décarboniser leurs économies avec un soutien financier insuffisant.

Le COVID-19 a exacerbé le fossé entre riches et pauvres. Un manque de vaccins et des restrictions de voyage signifient que certains représentants des pays les plus pauvres ne peuvent pas assister à la réunion.

D’autres obstacles – notamment les tarifs hôteliers exorbitants à Glasgow – ont alimenté les inquiétudes quant à la sous-représentation des groupes de la société civile des pays les plus pauvres, qui sont également les plus menacés par le réchauffement climatique.

COVID-19 rendra cette conférence des Nations Unies sur le climat différente de toute autre, car 25 000 délégués de gouvernements, d’entreprises, de la société civile, de peuples autochtones et des médias rempliront le vaste campus écossais de Glasgow.

Tous doivent porter des masques, se distancer socialement et produire un test COVID-19 négatif pour entrer chaque jour – ce qui signifie que les « caucus » de la dernière heure des négociateurs qui ont conclu des accords lors des négociations climatiques passées sont hors de question.

Les participants dont le test est positif doivent être mis en quarantaine pendant 10 jours, ce qui pourrait manquer la majeure partie de la conférence.

Les dirigeants mondiaux donneront le coup d’envoi de la COP26 lundi avec deux jours de discours qui pourraient inclure de nouveaux engagements de réduction des émissions, avant que les négociateurs techniques ne s’attardent sur les règles de l’Accord de Paris. Tout accord est susceptible d’être conclu des heures, voire des jours après la date de fin de l’événement, le 12 novembre.

Dehors, des dizaines de milliers de manifestants devraient descendre dans la rue pour exiger une action climatique urgente.

L’évaluation des progrès sera complexe. Contrairement aux précédents sommets sur le climat, l’événement ne débouchera pas sur un nouveau traité ou une grande “victoire”, mais cherche à obtenir des victoires plus petites mais vitales sur les engagements de réduction des émissions, le financement climatique et les investissements.

En fin de compte, le succès sera jugé sur la question de savoir si ces accords représentent suffisamment de progrès pour maintenir l’objectif de 1,5C en vie, ce qui est encore loin.

Depuis l’accord de Paris en 2015, les scientifiques ont émis des avertissements de plus en plus urgents selon lesquels l’objectif de 1,5°C est hors de portée. Pour y parvenir, les émissions mondiales doivent chuter de 45 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010, et atteindre zéro net d’ici 2050, ce qui nécessite d’énormes changements dans les systèmes de transport, de production d’énergie, de fabrication et d’agriculture des pays. Les engagements actuels des pays verraient les émissions mondiales augmenter de 16% d’ici 2030.

“La façon dont je pense à cela, c’est qu’il y a un météore qui arrive sur notre planète et qu’il a le potentiel très réel d’anéantir l’humanité”, a déclaré Christiana Figueres, l’ancienne diplomate des Nations Unies sur le climat qui a dirigé les pourparlers qui ont abouti à l’Accord de Paris.

(Reportage de Kate Abnett, Valerie Volcovici ; reportage supplémentaire de Nina Chestney ; édité par Mark John et Giles Elgood)

Previous

Les tableaux de bord de la NTA seront bientôt publiés sur Neet.nta.nic.in

Le Canada s’engage à faire don de 200 millions de doses de vaccin COVID-19

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.