nouvelles (1)

Newsletter

Le métro d’Ekurhuleni embauche un condamné Fees Must Fall et le suspect des émeutes de juillet Bonginkosi Khanyile

Bonginkosi Khanyile au tribunal.

  • L’instigateur de Fees Must Fall, Bonginkosi Khanyile, a été nommé conseiller stratégique d’Ekurhuleni MMC pour les services communautaires.
  • Le portefeuille de Lethoko englobe la santé et le développement social, le sport, les loisirs, les arts et la culture et la gestion des relations avec la clientèle.
  • Khanyile a déclaré qu’il profiterait de l’occasion pour prouver qu’il est un leader et non un criminel.

Bonginkosi Khanyile, qui a été condamné et emprisonné pour violence publique, possession d’une arme dangereuse et autres délits lors des manifestations étudiantes de 2016, a un nouveau poste au sein du gouvernement local.

Le membre de l’Alliance patriotique (AP) est désormais le conseiller stratégique du MMC du métro d’Ekurhuleni pour les services communautaires, Bakang Lethoko.

La nomination a été confirmée mardi par le porte-parole du maire, Warren Gwilt.

Lethoko, qui représente l’AP, a un portefeuille qui englobe la santé et le développement social, le sport, les loisirs, les arts et la culture et la gestion des relations avec la clientèle. Elle est l’une des deux MMC de l’AP dans le gouvernement multipartite.

S’adressant à News24 mercredi, Khanyile a déclaré que c’était son opportunité de prouver qu’il est incorruptible.

Projet spécial | Troubles de juillet : un an après

“Ma mère s’est fait dire à plusieurs reprises que son fils était un criminel Fees Must Fall et qu’il mourrait criminel. Je suis maintenant dans une position où je suis un leader et où je peux prouver que je ne suis pas seulement une personne qui se plaint du leadership.

“Quand je suis parti [the EFF] J’étais comme une pierre rejetée par les bâtisseurs mais Kenny [Kunene – deputy president of the PA] et Gayton [Mckenzie – president of the PA] est venu après moi quand j’étais à terre.

“[Kunene] m’a poursuivi et nous avons parlé pendant des mois. Il a déclaré que le peuple sud-africain avait encore besoin d’un jeune dirigeant. [Mckenzie] m’a vendu la mission, ce qu’il disait, je m’y rapportais.

“Je suis allé en prison mais je suis un fonctionnaire du gouvernement maintenant, les gens qui vivent à Ekurhuleni vivent sous ma direction. De la prison au gouvernement.”

Parlant de ses jours Fees Must Fall, Khanyile a déclaré que c’était l’occasion de mettre son éducation en pratique.

LIRE | Course présidentielle de l’ANC : Mkhize et Sisulu restent résolus face à l’appel de Zuma à approuver Dlamini-Zuma

“C’est l’occasion pour moi de montrer que je suis respectable. Nous avons peut-être [been] hors de propos quand nous étions jeunes et téméraires, mais maintenant je représente l’avenir. C’est l’occasion pour moi de montrer que je ne me contenterai pas de vivre d’appels d’offres, vivant une vie flamboyante avec des boissons et des reines de tuerie.”

Il a dit qu’il voulait montrer à ceux qui “croyaient en moi” comme Kunene et Mckenzie qu’il n’était pas qu’un voyou.

Lorsqu’on lui a demandé comment il se sentait à propos de son dernier procès, il a dit qu’il préférait se concentrer sur ce qui le motive, ce qui prouve à ceux qui ont dit qu’il “représentait la destruction” qu’il était capable de construire quelque chose.

les frais doivent baisser

Bonginkosi Khanyile dans ses premières années, lors des manifestations Fees Must Fall.

Gallo Images Gallo Images

Khanyile a de nouveau été arrêté en août 2021, accusé d’incitation à commettre des violences publiques et d’infraction à la loi sur la gestion des catastrophes concernant les pillages et les violences qui se sont produits lors des émeutes de juillet.

News24 a rapporté que les accusations portent sur cinq clips vidéo.

Dans l’un des clips il dit en isiZulu, que ceux qui brûlent le pays doivent continuer à le faire “jusqu’à Bab’ Msholozi” [former president Jacob Zuma] est libérée.

Malgré cela, il a déclaré au tribunal que personne n’avait pillé au nom de Zuma, mais plutôt à cause de la pauvreté.

En septembre 2021, Khanyile a été libéré de sa détention à domicile avec des conditions de libération sous caution qui incluent qu’il ne peut pas utiliser Twitter.

Il a cependant un compte sur la plate-forme de médias sociaux, qui serait géré par une entité différente.


Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT