nouvelles (1)

Newsletter

Le marché de l’emploi poursuit sa reprise au T2 ; les vents contraires mondiaux tels que l’inflation peuvent freiner la demande

SINGAPOUR – Le marché du travail de Singapour a poursuivi sa reprise au deuxième trimestre de cette année, mais les vents contraires mondiaux, tels que la hausse de l’inflation, la Conflit russo-ukrainien et une résurgence des infections à Covid-19 dans les principales économies, dont la Chine, pourrait freiner la demande de main-d’œuvre.

L’emploi résident – Singapouriens et résidents permanents – a dépassé les niveaux d’avant Covid-19 d’environ 4% depuis décembre de l’année dernière et connaîtra probablement une croissance modérée en raison de l’amélioration de la situation du chômage, selon les estimations préliminaires publiées par le ministère de la Main-d’œuvre (MOM ).

“À l’avenir, nous nous attendons à ce que l’emploi des non-résidents continue de croître à un rythme soutenu alors qu’il rattrape son niveau d’avant le Covid-19”, a déclaré le ministère vendredi 29 juillet. L’emploi des non-résidents, selon les dernières estimations, reste inférieur d’environ 10 % aux niveaux de 2019.

Au deuxième trimestre, l’emploi total – à l’exclusion des travailleurs domestiques migrants – a augmenté de 64 400 ou 1,9 %.

Le moteur de cette croissance a été le secteur des services, qui a vu 27 300 employés, suivi de près par 25 200 dans la construction et 12 200 dans la fabrication.

L’emploi total a augmenté à un rythme plus rapide que les 42 000 du premier trimestre ou 1,2 %.

Les non-résidents, en particulier dans la construction et la fabrication, ont été à l’origine de l’augmentation, les employeurs de ces secteurs ayant embauché pour combler un arriéré de postes vacants et répondre à la demande croissante après l’assouplissement des restrictions aux frontières depuis avril, a déclaré MOM.

Son rapport a révélé que davantage de résidents ont trouvé un emploi, en particulier dans les secteurs en croissance tels que l’information et les communications, les services professionnels et les services financiers.

Pendant ce temps, les compressions ont diminué à environ 1 000 pour le deuxième trimestre, réécrivant le plus bas record de 1 320 établi au premier trimestre.

Le secteur des services a représenté l’essentiel des licenciements avec environ 700 travailleurs licenciés, suivis de 200 dans l’industrie manufacturière et de 100 dans la construction.

“Comme pour les derniers trimestres, la réorganisation ou la restructuration des entreprises est restée la principale raison des licenciements”, a déclaré MOM.

Cela vient au milieu licenciements de haut niveau dans les entreprises de technologie et de crypto-monnaie, y compris Tesla, Shopee, Coinbase et Crypto.com le mois dernier.

Pendant ce temps, les taux de chômage, qui ont culminé en octobre 2020, sont restés stables après avoir atteint les niveaux d’avant Covid-19 en février de cette année, dans un marché du travail tendu et un nombre record d’offres d’emploi disponibles.

Le mois dernier, le taux de chômage global était de 2,1 %, contre 2,2 % en mai. Le taux de chômage des résidents est tombé à 2,9 %, contre 3 %, tandis que celui des citoyens est resté à 3,1 %.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT