Le lait maternel réduit les bactéries résistantes aux antibiotiques chez les bébés, Health News, ET HealthWorld

Le lait maternel réduit les bactéries résistantes aux antibiotiques chez les bébés Washington DC. [USA]: Selon une étude, l'allaitement semble protéger les bébés des bactéries résistantes aux antibiotiques.

Les chercheurs de l’Université d’Helsinki ont découvert que les bactéries résistantes aux intestins étaient moins nombreuses chez les nourrissons allaités au moins six mois. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications.

L'étude a démontré pour la première fois que le lait maternel contient en effet un nombre important de gènes conférant une résistance aux bactéries aux antibiotiques, et que ces gènes, ainsi que leurs bactéries hôtes, sont très probablement transmis aux nourrissons dans le lait.

Les mères transmettent également d'autres bactéries aux bactéries résistantes aux antibiotiques résidant dans leur intestin, par exemple par contact direct. Cependant, seule une partie des bactéries résistantes trouvées chez les nourrissons provient de leur mère. Les autres provenaient probablement de l'environnement et d'autres personnes.

"En règle générale, on pourrait dire que tout l'allaitement est bénéfique", a déclaré la microbiologiste Katariina Parnanen, l'une des auteurs de l'étude.

"L'effet positif de l'allaitement était également identifiable chez les nourrissons auxquels on avait donné le lait maternisé en plus du lait maternel. L'allaitement partiel semblait déjà réduire la quantité de bactéries résistantes aux antibiotiques. Une autre conclusion est que l'allaitement devrait être poursuivi pendant au moins les six premiers mois Nous savons déjà que l’allaitement est en bonne santé et bénéfique pour le bébé, mais nous avons découvert qu’il réduisait également le nombre de bactéries résistantes aux antibiotiques ", a ajouté Parnanen.

Les bactéries résistantes aux antibiotiques comptent parmi les plus grandes menaces mondiales pour la santé humaine. Selon des estimations de recherches antérieures, les bactéries et autres micro-organismes résistants aux antibiotiques et autres médicaments entraîneront, d'ici 2050, davantage de décès que le cancer, car les infections ne peuvent plus être traitées efficacement.

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.