Le Koweït, riche en pétrole, doit faire face à la crise de la dette

| |

DUBAI, Émirats arabes unis (AP) – Lorsque le Koweït est sorti d’un verrouillage du coronavirus de plusieurs mois, des centaines de Koweïtiens ont afflué vers les magasins rouverts, les lignes obstruant les centres commerciaux, serpentant dans les couloirs et se déversant sur les trottoirs.

Mais contrairement à une grande partie du monde, où de longues files d’attente se sont formées pour les dons de nourriture, les Koweïtiens attendaient d’acheter des bijoux Cartier.

La ruée vers les bijouteries par les citoyens koweïtiens choyés depuis longtemps est le symptôme d’une catastrophe imminente. Le Koweït, l’un des pays les plus riches du monde, est confronté à une crise de la dette. La pandémie a fait chuter le prix du pétrole à des niveaux historiquement bas et poussé le pétrostate vers un compte avec ses largesses de longue date, juste à l’approche des élections parlementaires en décembre.

“COVID, les prix bas du pétrole et la crise de liquidité se sont tous réunis dans une tempête parfaite”, a déclaré Bader al-Saif, professeur assistant d’histoire à l’Université du Koweït.

Comme d’autres cheikhs du Golfe, le Koweït fournit des emplois pépères à environ 90% des citoyens sur la masse salariale publique, ainsi que des avantages et des subventions généreux, allant de l’électricité et de l’essence bon marché aux soins de santé et à l’éducation gratuits.

Cet automne, l’agence de notation Moody’s a déclassé le Koweït pour la première fois de son histoire. Le ministre des Finances a averti que le gouvernement ne serait bientôt plus en mesure de payer les salaires. La banque nationale du Koweït a déclaré que le déficit du pays pourrait atteindre 40% de son produit intérieur brut cette année, le niveau le plus élevé depuis la dévastation financière de l’invasion irakienne de 1990 et la guerre du Golfe qui a suivi.

Avec des prix du pétrole brut juste au-dessus de 40 dollars le baril, d’autres États arabes voisins se sont endettés, ont réduit leurs subventions ou ont introduit des taxes pour soutenir leurs dépenses. Le Koweït, cependant, n’a rien fait de tout cela. Son prix d’équilibre pour le budget de cette année était de 86 $ le baril, soit le double des ventes actuelles, mettant ses finances sous pression.

Cela ne veut pas dire que le Koweït demandera de l’aide aux sommets internationaux de si tôt. La Kuwait Investment Authority détient des actifs de 533 milliards de dollars, selon le Sovereign Wealth Fund Institute, basé à Las Vegas, ce qui en fait le quatrième fonds de ce type au monde.

Le problème est que le Koweït n’a pas de cadre juridique pour les dépenses déficitaires au-delà de sa limite actuelle de 33 milliards de dollars. Il a besoin du parlement fort et turbulent de 50 sièges du pays – une rareté parmi les cheikhs arabes – pour donner son approbation.

Un projet de loi sur la dette publique tant attendu permettrait au Koweït d’emprunter jusqu’à 65 milliards de dollars et de soulager la crise. Mais accumuler des milliards pour le gouvernement reste une question épineuse dans un pays secoué par des scandales de corruption très médiatisés. La méfiance du public quant à la corruption et à la mauvaise gestion du gouvernement augmente parallèlement à la crise de liquidité au Koweït.

L’adoption du projet de loi sera le premier défi législatif pour le nouvel émir du Koweït, Cheikh Nawaf Al Ahmad Al Sabah. Cheikh Nawaf est monté sur le trône en septembre après la mort du cheikh Sabah Al Ahmad Al Sabah, 91 ans, un diplomate chevronné qui a fait de son petit État un médiateur régional respecté pendant plus de 14 ans.

Les nouveaux législateurs après les élections du 5 décembre au Koweït décideront du sort du projet de loi sur la dette publique, et ce ne sera pas une vente facile.

«L’ensemble du système est corrompu», a déclaré Omar al-Tabtabaee, un législateur indépendant candidat à la réélection. «Il y a de la corruption dans nos projets, dans la façon dont ils choisissent les fonctionnaires. Aucun Koweïtien n’est satisfait de notre situation. »

Plus tôt cette année, al-Tabtabaee a rejeté un plan visant à augmenter le plafond de la dette du Koweït, avec une majorité de législateurs qui craignaient que les nouveaux revenus ne remplissent les poches des riches marchands et des banques étrangères.

«Les gens ont perdu confiance dans le gouvernement», a déclaré Mohammed al-Yousef, un analyste politique koweïtien indépendant. «Il y a eu tellement de scandales et aucun ministre n’est en prison.»

Les scandales incluent un stratagème qui a pillé des milliards de dollars d’un fonds souverain malaisien, piégeant un membre de la famille dirigeante du Koweït. Un autre ouvrier bangladais a introduit clandestinement dans le pays avec l’aide présumée de législateurs. L’année dernière, le Cabinet a démissionné suite à des accusations selon lesquelles des centaines de millions de dollars manquaient à un fonds militaire.

Aujourd’hui, les ministres ont du mal à convaincre un public de plus en plus plein de ressentiment. L’ancienne ministre des Finances, Mariam al-Aqeel, a quitté son poste en février après avoir été critiquée pour avoir suggéré au gouvernement de combler son déficit en taxant les citoyens et en réduisant les salaires. Six responsables du ministère des Finances ont démissionné le mois dernier dans ce qui était considéré comme une tentative de chasser l’actuel ministre, qui a fait pression pour la loi sur la dette.

La résistance découle du contrat social vieux de plusieurs décennies du Koweït. Réduire l’état-providence gonflé modifie un système dans lequel les avantages du berceau à la tombe achètent la fidélité – une recette pour des troubles sans concessions de la part du sommet.

«Les Koweïtiens pensent, pourquoi devrais-je donner mon propre argent si le gouvernement ne tient personne pour responsable? Si je ne vois pas où va leur argent? a déclaré Barrak Algharabally, expert en budgétisation gouvernementale à l’Université du Koweït.

Alors que le Koweït se dispute, les liquidités disponibles diminuent. Pour la première fois de l’histoire, les revenus pétroliers ne couvriront pas les salaires et les subventions, qui ont gonflé depuis 2006 et absorbent désormais plus de 70% du budget national. Aux prix actuels du pétrole et aux niveaux de dépenses actuels, le fonds de réserve générale se tarira d’ici décembre, a déclaré Raghu Mandagolathur, directeur de recherche au Kuwait Financial Center, une banque d’investissement.

Même lorsque le virus recule, les prix du pétrole ne devraient pas atteindre des sommets de 2014 de plus de 100 dollars le baril. Les experts disent que la pandémie a donné au Koweït un aperçu de l’avenir, faisant sortir le pays de l’hypothèse qu’il peut vivre au-dessus de ses moyens pour toujours. Mais il reste à voir si le choc imposera des réformes indispensables.

«Nous allons nous amuser pendant les 10, 20 prochaines années, mais quelle est la prochaine étape?» demanda Algharabally, l’expert en budgétisation. «Qu’arrivera-t-il à nos fils et petits-fils?»

___

Suivez Isabel DeBre sur Twitter à l’adresse www.twitter.com/isabeldebre.

Previous

La mort d’un homme noir après avoir été battu dans un supermarché provoque des manifestations au Brésil – A l’étranger – Actualités

L’Allemagne met la Turquie en colère contre une tentative de contrôle de l’embargo sur les armes en Libye

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.