Le Kenya fait des progrès dans la réduction du tabagisme, mais la progression est lente

Une personne sur huit qui succombe à des décès liés au tabagisme sont des fumeurs passifs

Une plus faible proportion de Kenyans utilise des produits du tabac, mais les progrès au cours des six dernières années été lente, révèle un Nation Newsplex examen des données sur l'usage du tabac. Ceci malgré les taxes élevées et les lois qui interdisent la vente de cigarettes en vrac et la publicité publique des produits.

Le nombre de Kenyans âgés de plus de 15 ans qui utilisent des produits du tabac – cigarettes et cigares, cigarettes roulées à la main, pipes , shisha tabac à priser, tabac mâché et kuber – a légèrement reculé de neuf pour cent en 2012 à huit pour cent en 2017, montre une Autorité nationale pour la campagne contre l'abus d'alcool et de drogues (Nacada) étude. Cela signifie qu'environ 2,2 millions de Kenyans utilisent des produits du tabac, dont les deux tiers fument des cigarettes.

Seulement 7% des fumeurs qui tentent d'arrêter de fumer au Kenya réussissent.

En même temps, il y a une augmentation dans la consommation de cigarettes et de cigares. Selon Statistical Abstract 2017 l'utilisation de cigarettes et de cigares a bondi de plus des deux tiers, passant de 6,7 milliards de bâtonnets en 2012 à 11,3 milliards en 2016.

La cigarette est le numéro un facteur de risque pour le cancer du poumon. Au Kenya, il est lié à plus de 70 pour cent des cancers du poumon, selon les directives nationales pour la gestion du cancer. Elle provoque également le cancer dans presque toutes les parties du corps et les maladies cardiovasculaires telles que les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

Lorsque l'on tient compte de l'âge, un adulte sur huit âgé de 36 à 65 ans utilise des produits du tabac. entre 15 et 35.

Les progrès dans le coup de pied l'habitude est inégale. La consommation de tabac a augmenté de deux points chez les personnes de plus de 35 ans, passant de 11% en 2012 à 13% en 2017, selon Nacada. Mais dans une évolution positive, l'usage du tabac a diminué de trois points chez les 25 à 35 ans, passant de 10% en 2012 à 7% en 2017. Un déclin similaire a été observé chez les jeunes de 15-24 ans. La plupart des fumeurs commencent jeunes et luttent pour arrêter de fumer. La baisse de la consommation de tabac chez les jeunes donne une lueur d'espoir que la campagne antitabac peut réussir


Les données d'une étude du Centre africain de recherche sur la population et la santé (APHRC) de 2015 montrent que l'âge moyen des fumeurs est de 21 ans. 19659005] M. Francis Kioko fume depuis l'âge de 15 ans. «Nous cultivons du tabac dans le comté de Kitui, alors ma première rencontre a été de rouler les feuilles séchées sur un morceau de papier et de fumer. En arrivant en ville, je suis "diplômé" en cigarettes. "Il passe Sh32 tous les jours sur sa marque de cigarettes préférée, qui va pour Sh8 un bâton. Cela se traduit par Sh960 par mois. "Je fume quatre cigarettes par jour. Un pendant la pause déjeuner et trois heures du soir quand je rentre à la maison. Ma famille vit à Kitui pour ne pas être exposée à la fumée. »

Comme lui, un tiers des fumeurs de cigarettes quotidiens consomment moins de cinq cigarettes par jour tandis que cinq pour cent fument plus de 25 cigarettes par jour. Le fumeur moyen de cigarettes fumées fume sept cigarettes par jour alors que le fumeur de cigarette roulé à la main s'allume deux fois, indique l'étude de l'APHRC

Environ un tiers (35%) des fumeurs ont essayé d'arrêter de fumer. difficulté rencontrée pour briser la dépendance. M. Kioko ne fait pas exception. "Chaque fois que j'essaie d'arrêter, j'échoue. Juste la vue d'une personne qui fume, ou l'odeur du tabac qui brûle suffit à me faire en acheter un. De plus, mes amis fument. C'est ainsi que nous passons notre temps social », dit-il.
Seulement 7% des fumeurs qui tentent d'arrêter de fumer au Kenya réussissent, avec le taux de réussite le plus élevé parmi les jeunes entre 15 et 24 ans, à 17%. Selon l'Enquête mondiale sur le tabagisme chez les adultes de 1945 les personnes âgées de 45 à 64 ans (12%) et de 25 à 44 ans (3%)

cancer que s'ils avaient continué à fumer, mais leur risque est plus élevé que le risque pour les personnes qui n'ont jamais fumé. Cesser de fumer à tout âge peut réduire le risque de cancer du poumon, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis. Conscient des nombreux effets néfastes de la cigarette, Kioko accuse ses problèmes thoraciques persistants de fumer. «Parfois, je ressens des problèmes de poitrine, surtout si je change la marque que je fume», dit-il.

L'usage du tabac varie considérablement selon la région. Selon l'enquête menée par Nacada, les régions de la Côte et de l'Est sont les plus nombreuses avec une personne sur neuf âgée de 15 à 65 ans qui utilise de la fumée et des produits du tabac sans fumée, suivie de Nairobi avec 10%. La prévalence de l'usage du tabac dans les trois régions est le double de cinq pour cent de Nyanza, le plus bas. En dépit d'avoir la deuxième plus faible proportion de consommateurs de tabac, à 6%, Western a connu la plus forte augmentation de prévalence, doublant de trois pour cent en 2012 à six pour cent en 2017.

La prévalence de l'Ouest est suivie par (sept pour cent) Vallée du Rift (huit pour cent) et Nord-Est (neuf pour cent). Les autres régions qui ont enregistré une augmentation de la prévalence sont Nyanza (un tiers), Coast (13%) et Eastern (9%).

North Eastern a enregistré une baisse de 45% de la proportion de personnes qui utilisent du tabac à la traîne par Nairobi (28%), Central (27%) et Rift Valley (11%).

Comme prévu, l'enquête de Nacada révèle que les hommes sont plus nombreux que les femmes à consommer du tabac. Un homme sur six utilise le tabac, une proportion similaire à celle de 2012. En revanche, 1% des femmes font de même, soit une baisse de moitié de 2% en 2012.
Le tabagisme figure parmi les cinq principales causes de cancer Selon l'OMS, un décès sur 11 au Kenya a été causé par le cancer en 2017, ce qui en fait la troisième maladie la plus meurtrière après le paludisme et la pneumonie. L'habitude est également la deuxième principale cause de maladies cardio-vasculaires et de l'hypertension artérielle, selon l'OMS. L'agence des Nations Unies rapporte également que le tabagisme tue 31.000 personnes chaque année au Kenya.

Selon la CDC, la fumée du tabac est un mélange toxique d'environ 7.000 produits chimiques, dont 70 causent le cancer chez les humains et les animaux. les fumeurs de cigarettes sont 15 à 30 fois plus susceptibles d'avoir un cancer du poumon que ceux qui n'en ont pas. Même fumer quelques cigarettes par jour ou fumer occasionnellement augmente le risque de cancer du poumon. La cigarette provoque également le cancer de la bouche et de la gorge, du foie, du pancréas, de l'œsophage, de l'estomac, du côlon, du rectum, de la boîte vocale, de la trachée, des bronches, de la vessie, du rein et du bassin rénal. 19659006] La fumée secondaire provoque également le cancer du poumon chez les adultes non-fumeurs. L'étude 2015 de l'APHRC révèle qu'un quart des Kenyans sont exposés à la fumée secondaire à la maison.

Le tabac sans fumée n'est pas sûr non plus, car il est susceptible de provoquer des cancers de l'œsophage et du pancréas. Au Kenya, quatre pour cent des consommateurs de tabac consomment du tabac sans fumée (à mâcher et à renifler).

La fumée secondaire provoque aussi le cancer du poumon chez les adultes non-fumeurs. L'étude 2015 de l'APHRC révèle qu'un quart des Kenyans sont exposés à la fumée secondaire à la maison

L'OMS estime qu'une personne sur sept tuée par le tabac est une fumeuse passive.

Alors que la loi sur le tabac interdit de fumer dans les lieux publics, Newsplex a observé plusieurs personnes fumant dans la rue au lieu de zones désignées

Bien que les lieux de travail soient désignés comme environnement sans fumée, l'enquête APHRC, qui a été faite conjointement avec le ministère de la Santé, montre qu'un adulte sur cinq est exposé à la fumée secondaire sur son lieu de travail.

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.