Home » le jour où l’amitié entre les compagnons d’escrime a pris fin – Corriere.it

le jour où l’amitié entre les compagnons d’escrime a pris fin – Corriere.it

by Nouvelles
de La rédaction sportive

Dans la biographie de la championne londonienne Elisa Di Francisca (Gi le masque) revient sur la rupture de la relation avec Arianna Errigo. Cela explique aussi les critiques de la star à l’égard de l’ancien ami décevant à Tokyo


Le premier assaut contre Arianna Errigo fut un demi-désastre. J’ai perdu. Nous sommes à Ravenne, je pense : merde, fortina ‘cette fille…. Allez à la page 126 de Gi la Mask (éditions Solférino), la biographie d’Elisa Di Francisca écrite avec le journaliste de la Corriere della Sera Gaïa Piccardi, pour retracer les origines de l’inimitié avec l’ancien partenaire en bleu Arianna Errigo, franchement critiqué par le deux champion de Londres après le décevant bronze au fleuret par équipes à Tokyo 2020.

E penser qu’au début de cette histoire Elisa et Arianna n’étaient pas seulement de bonnes amies, mais aussi des colocataires. Lié par une mission commune : j’aime Arianna. née à Monza, élevée en Brianza, carabiniera, gagnante depuis qu’elle est une fille : en 2004, à Plovdiv, elle remporte l’or mondial chez les cadets. Un départ de fusée. Et puis ça ne s’est jamais arrêté – dit Elisa dans le livre -. une fille extravertie, grande causeuse : le samedi soir, nous sortons souvent ensemble pour aller danser. En plus de la sympathie mutuelle, la rivalité avec Valentina Vezzali nous lie : même Arianna ne supporte pas son arrogance. Sans avoir besoin de trop de mots, nous unissons immédiatement nos forces contre la tsarine du Jesi Fencing Club.

Casus belli arrive aux Jeux de Londres 2012, quand Elisa bat Arianna dans une finale très serrée au fleuret, suivie d’un légitime cri de joie pour célébrer. Arianna n’est pas là. Elle pleure de consolation, il n’y a pas de paix. Il s’adresse aux journalistes pour leur dire que, s’il n’avait pas élargi sa garde coupablement, Di Francisca n’aurait jamais, jamais gagné. Mmm… nous ne sommes pas là. Ce n’est pas ainsi qu’une défaite se justifie : elle s’explique en prenant ses responsabilités, chez moi. Je n’aime pas ses propos : je suis déçu, je suis sincère. Du coup, une certaine tension se crée dans la salle du village olympique. Je suis euphorique, elle inca..ata black. Mettre de côté la faille et regrouper l’équipe pour remporter l’or par équipe n’est pas facile. Mais l’Italie pour les femmes domine ces Jeux.

De retour en Italie, cependant, la situation entre Elisa et Arianna ne s’améliore pas (Un fossé s’ouvre entre nous et je reste sur l’autre rive, désarmé : je l’observe alors qu’elle s’éloigne. La distance grandit. Quelqu’un la convainc que, si jamais faisons la paix et restons amis, ne gagnez jamais les médailles qui comptent). En équipe nationale ils ne partagent plus la chambre, ils ne s’entraînent plus ensemble, ils vivent ensemble dans le groupe bleu séparément à la maison. Peu de temps après, en Coupe du monde à La Havane, un coup bas d’Arianna: Arianna très étrange, hostile, se querelle avec tout le monde. Elle accuse le maestro Giulio Tomassini, qui après le départ de Cerioni était retourné s’entraîner à Jesi, de m’avoir appris contre elle. Cela le met même devant un choix : Di Francisca ou moi. Giulio n’hésite pas : je reste avec Elisa. Bye bye : Arianna se retrouve sans professeur. une route sans retour. Certes, par rapport à la fille avec qui j’ai pris l’avion pour Londres pour aller à l’embarquement des Jeux, méconnaissable. C’est inabordable : on ne peut plus se parler. L’équipe nationale est touchée par cette situation, la gestion du nouvel entraîneur Cipressa (héritier de Stefano Cerioni) n’aide pas à rattraper les distances, l’équipe féminine commence à rater ses objectifs et à rater des résultats. Errigo apathique, il s’entraîne plus au sabre qu’au fleuret. Le temps passe et d’autres rouilles s’accumulent.

A Saint-Maur, étape française du circuit de fleuret, en décembre 2019, le fragile équilibre tenu par la bonne volonté collective est rompu. En finale Italie-Russie, adversaire de mille combats :Elisa sera battue par Irina Deriglazova, battue à plusieurs reprises et cette fois, à la place, ennemie. Le laissez-passer olympique pour Tokyo 2020 a été remporté, mais Di Francisca ne peut pas, ne peut pas être heureux. Lors d’un événement au Club d’Escrime de Rome, devant la télé et les journalistes, je l’avoue franchement : je n’ai pas bien tourné mais je regrette aussi qu’avec ces compagnons on ne puisse pas gagner, en essayant de mettre de côté les problèmes personnels. Je parle de l’équipe, en général, pas d’Errigo. Mais Arianna se méprend, elle le vit comme une attaque personnelle et le lendemain il publie un post féroce sur les réseaux sociaux, dont le sens : la vérité que c’est Elisa qui nous a fait perdre à Saint Maur. La distance entre les anciens amis est désormais un fossé infranchissable, diverses tentatives de réconciliation n’aboutiront pas, désormais Elisa et Arianna sont deux lignes parallèles qui ne se rencontreront plus jamais. Di Francisca préférera une autre maternité aux JO japonais reportés (en attendant, après Ettore, Brando est né). Errigo ira directement au mur de Tokyo 2020.

30 juillet 2021 (modification 30 juillet 2021 | 11:14)

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.