Le Festival d’Angoulême remet un prix à l’ancienne résistante Madeleine Riffaud

| |

Le cadre de présentation de la 49e édition du Festival d’Angoulême était bien choisi. C’est au Musée de l’histoire de l’immigration, à Paris, que les prix René-Goscinny des meilleurs scénaristes ont été attribués, en amont des Fauves décernés lors du festival lui-même, à deux bandes dessinées consacrées à la Seconde Guerre mondiale.

Le prix du jeune scénariste a récompensé un album évoquant la Résistance à Paris, Des vivants, de Louise Moaty et Raphaël Meltz, et Simon Roussin au dessin (Éditions 2024), un album dont tous les textes ont été puisés dans la documentation historique de l’époque. Le prix René-Gosciny du meilleur scénariste a été décerné à Madeleine Riffaud et Jean-David Morvan pour le premier des trois tomes de Madeleine, résistante, témoignage stupéfiant et bouleversant de la lauréate sur son engagement, dès l’âge de 17 ans, lors de la Seconde Guerre mondiale.

→ À LIRE. Madeleine Riffaud : « Tant qu’on a de la force, il faut l’offrir aux autres »

« Je suis bien contente, a réagi Madeleine Riffaud, car ça va emmerder encore un peu plus les fachos (et tous leurs copains sans cerveau) qui s’amusent à écrire des slogans pro-nazis sur mon exposition au parc des Buttes-Chaumont ! (…) Et une pensée à Lucie et Raymond Aubrac, qui m’ont poussée à témoigner à une époque où je croyais que je n’en avais plus rien à foutre. Cette BD, c’est la continuité du travail qu’ils m’ont demandé d’accomplir et qui me tient en vie. »

Liste appétissante

Une exposition sur le travail de scénariste de René Goscinny aura lieu lors de l’édition 2022 du Festival d’Angoulême, qui doit se tenir du 27 au 30 janvier. Un an après l’annulation des festivités de l’édition précédente (palmarès excepté), les organisateurs de l’événement ont annoncé une liste appétissante d’expositions.

Une rétrospective sera consacrée à l’auteur américain d’avant-garde Chris Ware, grand prix 2021 du festival, une autre au dessinateur japonais Shigeru Mizuki, prix du meilleur album en 2007, une troisième à Christophe Blain (Fauve d’or en 2013 pour Quai d’Orsay), et enfin une grande exposition reviendra sur Mortelle Adèle (Tourbillon, filiale de Bayard, éditeur de La Croix), phénomène éditorial de la littérature jeunesse.

La sélection des albums en compétition pour les Fauves a également été dévoilée, savant équilibre entre gros éditeurs (Dargaud, Casterman, Delcourt) et petites maisons (çà et là, FLBLB, 2024). Y figurent de nombreux albums déjà chroniqués dans La Croix, Le Jeune Acteur, de Riad Sattouf (Les livres du futur), Le Grand Vide, de Léa Murawiec, Tunnels, de Rutu Modan (Actes Sud), ou encore le troisième tome de L’Espoir malgré tout, d’Émile Bravo (Dupuis), qui plonge Spirou dans les tourments de la Seconde Guerre mondiale. Nul doute qu’il plaira à Madeleine Riffaud.

.

Previous

Le comté avec la plus longue espérance de vie dans chaque état – 24/7 Wall St.

Garder à 1,5 mètre à nouveau requis à partir de demain, l’amende est de 95 euros

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.