Nouvelles Du Monde

Le dirigeant d’ATE a été inculpé pour la manifestation de Milei et le syndicat dénonce une « persécution politique »

Le dirigeant d’ATE a été inculpé pour la manifestation de Milei et le syndicat dénonce une « persécution politique »

2024-05-29 06:01:56

Le procureur Ernesto de Aragón a avancé l’accusation de Federico Giuliani, secrétaire général de l’Association des travailleurs de l’État (ATE) de Cordoue, qu’il accuse d’être « l’instigateur de la violence » dans le cadre de la protestation contre la présence de Javier Milei à cette province le 25 mai.

Giuliani a mené la coupe à l’entrée de l’aéroport de Taravella, puis, selon les preuves dont disposerait le procureur, qui a « provoqué les émeutes » à l’angle de Vélez Sarsfield et du 27 de Abril.

Dans ce contexte, ce mardi, le domicile de Giuliani et le siège de l’ATE à Río Cuarto ont été perquisitionnés. Selon le syndicat, le procureur De Aragón a ordonné la saisie des téléphones personnels du dirigeant syndical et de son fils, âgé de seulement 9 ans.

ATE a décrit la perquisition et la saisie du téléphone portable comme « un événement avec des conséquences très graves pour la coexistence démocratique à Cordoue », et a ajouté que le procureur provincial Ernesto de Aragón mène un « harcèlement judiciaire » contre Giuliani.

Lire aussi  La capitale chinoise s'adapte à la vie avec le COVID-19 après un revirement de politique

De Aragón a informé Giuliani de l’accusation, mais n’a pas encore recueilli sa déclaration d’enquête. Le leader est accusé du délit présumé d’« entrave aux moyens de transport » lors d’une marche organisée en avril 2023. L’affaire est analysée par la Chambre d’accusation, qui doit trancher les réclamations de la défense du syndicaliste.

En ce sens, le syndicat a exigé mardi que De Aragón « arrête immédiatement cette persécution, restitue les téléphones à la famille Giuliani, ainsi que le reste de ses effets privés, et respecte la Constitution nationale ».

ATE contre Quinteros

Selon l’interprétation du syndicat, l’accusation portée contre Giuliani « concerne clairement une persécution politique qui utilise le système judiciaire comme outil pour justifier l’intimidation que le ministre de la Sécurité, Juan Pablo Quinteros, entend imposer à notre organisation syndicale ».

Patricia Bullrich, ministre de la Sécurité de la nation, lors d'une conférence de presse avec Juan Pablo Quinteros à l'hôtel Quorum de la ville de Cordoue.
Patricia Bullrich, ministre de la Sécurité de la nation, lors d’une conférence de presse avec Juan Pablo Quinteros à l’hôtel Quorum de la ville de Cordoue.

En outre, le syndicat a estimé que « Quinteros est un fonctionnaire qui a su passer d’un parti politique à l’autre, dénoncé pour plusieurs cas de corruption, qui suit la ligne d’action de la ministre de la Sécurité nationale, Patricia Bullrich, avec laquelle il a travaillé mentionné dans plusieurs occasions ».

Lire aussi  PAOLA IEZZI sort "The Queens", la chanson dédiée au monde du drag

Après les incidents de samedi, Quinteros avait justifié l’action de la police et soutenu que “ATE avait transgressé les règles, donc la police devait rétablir l’ordre”.

Du syndicat des responsables de l’État, ils ont assuré que Giuliani et 14 autres personnes avaient été blessées à des degrés divers “sans aucune cause justifiant l’action répressive”. “Il est clair que le mépris du gouvernement de Cordoue à l’égard de l’État de droit et des garanties constitutionnelles, où le droit de manifester est un élément fondamental de notre contrat social, de la Constitution elle-même, de la jurisprudence de la Cour suprême de justice de la Nation et les traités internationaux », a noté ATE.



#dirigeant #dATE #été #inculpé #pour #manifestation #Milei #syndicat #dénonce #une #persécution #politique
1716951816

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT