nouvelles (1)

Newsletter

Le dépistage AF des smartphones double la détection : eBRAVE-AF

Dans une population d’adultes âgés sans fibrillation auriculaire (FA) mais présentait un risque modéré à élevé de accident vasculaire cérébrall’auto-dépistage de la FA à l’aide de leur smartphone a doublé le taux de FA détectée et traitée par rapport aux soins habituels sur une période de 6 mois.

L’auteur principal Axel Bauer, MD, a présenté ces résultats d’étude de eBRAVE DE lors d’une session d’assistance téléphonique le 28 août au Congrès 2022 de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) et l’étude a été publiée simultanément dans Médecine naturelle.

Une surveillance numérique intensifiée utilisant une mesure photopléthysmographique (PPG) intermittente sur smartphone, écrivent les chercheurs, “est à la fois raisonnable et efficace pour détecter la FA dans une population à haut risque”.

Bauer, de l’Université de médecine d’Innsbruck, en Autriche, ainsi qu’un observateur qui n’a pas participé à cette recherche, disent qu’ils se dépisteraient ou se dépisteraient régulièrement en utilisant cette technologie, mais ils conviennent également que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour voir si le smartphone est détecté La FA traitable se traduit par moins d’AVC.

“N’importe qui avec un smartphone peut se dépister pour l’arythmie cardiaque la plus importante au monde. Cela pourrait avoir d’énormes implications pour prévention des accidents vasculaires cérébraux“, a déclaré Bauer lors d’un point de presse.

“Cependant, de futures études sont nécessaires pour tester si l’amélioration des diagnostics de FA grâce aux technologies numériques se traduit par de meilleurs résultats de traitement”, a-t-il poursuivi.

“Je pense qu’il est probable, mais non prouvé, que les patients à haut risque avec un CHA accru2DS2-Les scores VASc bénéficient en fait du dépistage numérique”, a spéculé Bauer dans un e-mail à lecoeur.org | Medscape Cardiologie.

“Si j’avais 66 ans ou plus et que j’avais un CHA2DS2-Score VASc de, disons, 3, je ferais un dépistage régulièrement”, a-t-il déclaré.

Cependant, “les technologies numériques nécessitent la volonté d’un patient informé de ‘prendre soin’ activement de sa santé. Le dépistage numérique n’est pas une approche unique”, a-t-il ajouté.

D’autre part, plus de patients âgés ont effectué plus de mesures que les plus jeunes dans cette cohorte de personnes âgées de 50 à 90 ans, de sorte que l’objection selon laquelle les personnes âgées ne peuvent pas faire face à la technologie n’était pas vraie.

Les points forts de l’étude comprenaient la nécessité d’avoir une FA diagnostiquée qui a été traitée avec une prescription d’anticoagulant oral (OAC), a-t-il noté.

Les limites de l’étude incluent un possible biais de sélection, car les participants avaient tous une assurance maladie privée et étaient peut-être plus soucieux de leur santé.

De plus, “une initiation trop libérale de l’anticoagulation peut faire passer le rapport bénéfice/risque au négatif” en raison des saignements, a noté Bauer, donc “pour éviter des conclusions médicales erronées, il ne faut probablement pas dépister les patients à faible risque”.

D’autre part, “la FA est associée à de nombreuses maladies autres que les accidents vasculaires cérébraux, telles que insuffisance cardiaque, infarctus du myocardedémence, insuffisance rénale, veineuse thromboembolieet probablement aussi le cancer », a-t-il ajouté, la détection de la FA est donc importante.

“La FA (ainsi que les PPG anormaux, comme nous l’avons montré dans notre étude) peut donc également être comprise comme un biomarqueur qui devrait déclencher une évaluation plus approfondie et un traitement approprié des facteurs de risque ou des maladies concomitantes”, a-t-il conclu.

Option attrayante pour les patients à risque

Invité à commenter, Rod Passman, MD, qui n’était pas impliqué dans cette recherche, a déclaré que “l’essai montre, une fois de plus, que le dépistage de la FA à l’aide de technologies de santé numériques largement disponibles – des contrôles fréquents du pouls à l’aide d’un appareil PPG portable – augmente le rendement de détection AF.”

Les points forts de l’étude “incluent la conception sans site et la possibilité d’utiliser une variété de smartphones”, a noté Passman, qui est directeur du Center for Arrhythmia Research, Northwestern University, Feinberg School of Medicine, Chicago, dans un e-mail.

“Les limites incluent l’inscription d’une population de patients sélectionnée qui peut ne pas être généralisable à d’autres groupes, l’absence de ECG confirmation, et une taille d’échantillon qui ne nous permet pas de répondre à la grande question : “Le dépistage de la FA réduit-il les événements indésirables de manière rentable ?”, a-t-il poursuivi.

“Il peut être intuitif que la détection précoce de la FA permette un traitement approprié et la possibilité de prévenir les accidents vasculaires cérébraux, mais nous devons également reconnaître les dommages potentiels liés au traitement excessif des patients à faible risque atteints d’OAC chronique, et les tests supplémentaires qui résultent de résultats faussement positifs”, il a mis en garde.

D’un autre côté, a-t-il poursuivi, “rappelez-vous également qu’il existe d’autres avantages à détecter la FA tôt en termes d’efficacité des stratégies de contrôle du rythme et de prévention d’autres effets en aval.

“Je pense que la facilité avec laquelle cela peut maintenant être fait et le faible coût nécessaire pour le faire”, a-t-il déclaré, “en font une option attrayante pour les patients à risque”.

“Est-ce que ma notification de rythme irrégulier est activée sur ma montre ? Oui !” dit Passman.

Résultats de l’étude

Les chercheurs ont invité 67 488 adultes en Allemagne qui étaient assurés auprès d’un grand fournisseur d’assurance maladie à participer à l’étude au début de 2020. Tous étaient âgés de 50 à 90 ans, avec un CHA2DS2-Score VASc de 1 ou plus pour les hommes et de 2 ou plus pour les femmes, et sans traitement FA ou OAC connu. Parmi ceux-ci, 5 551 se sont inscrits, ont fourni un consentement électronique et ont été randomisés.

Les participants des deux groupes étaient bien appariés. Ils avaient un âge médian de 65 ans et un CHA médian2DS2-Score VASc de 3 ; 31 % étaient des femmes ; et leurs facteurs de risque inclus hypertension (65%), maladie coronarienne (15 %), un antécédent d’infarctus du myocarde (7 %), des antécédents d’accident vasculaire cérébral (6 %) et de diabète (13 %).

Selon les directives actuelles, les patients atteints de FA et d’une CHA2DS2-Les scores VASc de 1 ou 2 sont considérés comme à risque modéré d’AVC et ceux avec un score de 3 ou plus comme à haut risque, a expliqué Bauer. Et un CHA2DS2-Le score VASc de 3 chez les patients atteints de FA indique un taux d’AVC ajusté de 3,2 % par an.

Les patients du groupe d’intervention ont utilisé leur propre smartphone et téléchargé une application Preventicus Heartbeats (Preventicus). On leur a demandé de placer leur doigt sur l’objectif de l’appareil photo du smartphone pour démarrer une mesure PPG d’une minute afin de détecter des ondes de pouls anormales deux fois par jour pendant 2 semaines, puis deux fois par semaine jusqu’à 6 mois.

S’ils avaient un résultat anormal, ils recevaient un enregistreur de boucle ECG externe et leur demandaient de l’utiliser pendant 14 jours, puis de le renvoyer au centre d’étude.

Si la FA était diagnostiquée, les participants étaient invités à consulter leur médecin avec le rapport ECG, et les médecins, qui n’étaient pas impliqués dans l’étude, prenaient les décisions de traitement, telles que l’initiation des OAC, à leur discrétion.

Dans le groupe de soins habituels, la FA a été détectée comme elle le serait dans la pratique clinique, qui comprenait la détection par ECG de routine ou basée sur les symptômes ou lors de la surveillance ambulatoire de la pression artérielle.

En phase 2, les participants du bras de traitement conventionnel ont été invités à passer au bras d’intervention active pendant 6 mois.

Les informations sur les patients ont été obtenues à partir de questionnaires mensuels dans l’application, de données de réclamation d’assurance ou, si nécessaire, d’un appel téléphonique.

Pendant toute l’étude, chaque participant actif a effectué une médiane de 53 lectures PPG sur 76 lectures programmées, et 173 participants ont eu une lecture anormale qui a abouti à un diagnostic confirmé de FA (par enregistreur de boucle ECG externe) chez 61 patients, pour un rendement diagnostique de 35,2 %.

Au cours des 6 premiers mois, le critère principal d’efficacité de la FA nouvellement diagnostiquée menant au traitement du CAO a été atteint par 1,33 % des participants affectés au dépistage numérique contre 0,63 % des participants affectés aux soins habituels (rapport de cotes, 2,12 ; IC à 95 %, 1,19- 3,76 ; P = .010).

Un total de 4752 patients sans critère principal ont accepté l’invitation à changer de groupe pour la phase 2.

Le dépistage numérique était également supérieur aux soins habituels en phase 2. Une FA pertinente pour le traitement a été détectée chez 1,38 % des participants affectés au dépistage numérique et 0,51 % des participants aux soins habituels (rapport de cotes, 2,75 ; IC à 95 %, 1,42-5,34 ; P = 0,003).

Dans l’analyse exploratoire, la FA détectée numériquement et les mesures anormales de PPG étaient des prédicteurs significatifs d’un événement cardiaque ou cérébrovasculaire indésirable majeur.

Essais passés et futurs

Le dépistage de la FA numérique a été étudié dans trois études observationnelles à grande échelle, sans site et à un seul bras sur les montres Apple, Huawei et Fitbit, mais celles-ci concernaient des patients plus jeunes présentant un risque d’AVC inférieur.

Lors de la session d’assistance téléphonique, Bauer a noté qu’eBRAVE, contrairement aux essais STROKESTOP et LOOP, n’avait aucun contact en face à face avec les participants. Ils n’ont envoyé que des lettres pour inviter les participants et ont “plutôt réussi” à inscrire 8% de ceux qui étaient invités, a-t-il déclaré.

La ARTESiA essai, avec une fin d’étude estimée en août 2023, et le NOÉ L’essai, dont l’achèvement est estimé au 30 juin 2023, devrait faire la lumière sur les implications pronostiques du dépistage de la FA et de l’OAC prophylactique induite par le dépistage, selon les chercheurs.

L’étude a été principalement financée par Ludwig-Maximilians-University Munich, Allemagne et partiellement financée par Pfizer Pharma GmbH, Berlin, Allemagne. Les auteurs révèlent qu’ils n’ont aucun lien financier avec la technologie utilisée dans l’étude.

Congrès 2022 de la Société Européenne de Cardiologie (ESC). Présenté le 28 août 2022.

Médecine naturelle. Publié le 28 août 2022. Article

Pour en savoir plus sur theheart.org | Medscape Cardiologie, rejoignez-nous sur Twitter et Facebook

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT