Économie Le coronavirus pourrait réduire la demande de pétrole pour...

Le coronavirus pourrait réduire la demande de pétrole pour la première fois en dix ans

-

L’épidémie de coronavirus entraînera probablement une baisse de la demande mondiale de pétrole pour la première fois depuis plus d’une décennie, a annoncé jeudi l’Agence internationale de l’énergie.

L’organisme intergouvernemental connu sous le nom d’AIE prévoit une baisse de la demande de 435 000 barils par jour au premier trimestre 2020 par rapport à l’année précédente en raison de perturbations dues au virus, qui provoque une maladie récemment baptisée COVID-19. Cela marquerait la première baisse trimestrielle depuis la crise financière de 2009.

“Il y a déjà un ralentissement majeur de la consommation de pétrole et de l’économie en général en Chine”, a indiqué l’AIE. «… Les conséquences du COVID-19 sur la demande mondiale de pétrole seront importantes.»

L’agence a également réduit sa projection de croissance de la demande de pétrole cette année de 365 000 barils par jour à 825 000 barils par jour – le plus petit nombre depuis 2011.

Les prix du pétrole ont reculé au milieu des prévisions de l’AIE, le brut Brent chutant de 0,5% à 55,48 $ à 7h21 jeudi. Le brut West Texas Intermediate a récemment reculé de 0,2% à 51,06 $.

La Chine a représenté plus des trois quarts de la croissance de la demande mondiale de pétrole l’année dernière et devrait entraîner plus d’un tiers de la croissance de la consommation de cette année avant l’épidémie mortelle de coronavirus, selon l’AIE. Mais le pays devrait maintenant représenter moins d’un cinquième de la croissance de la consommation mondiale de cette année, a indiqué l’agence. Le virus a tué plus de 1 300 personnes et rendu malade plus de 59 000 en Chine continentale.

L’AIE s’attend à une baisse de la demande de pétrole produit par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, ou l’OPEP. La production du groupe en janvier est tombée à son niveau le plus bas depuis la récession de 2009 grâce en partie à un blocus réduisant les exportations de la Libye et des Emirats Arabes Unis limitant la production, a indiqué l’AIE.

“La baisse des prix du pétrole, si elle est soutenue, est également une mauvaise nouvelle pour les sociétés pétrolières américaines très réactives, mais nous ne verrons probablement pas d’impact sur la croissance de la production avant la fin de l’année”, a déclaré l’agence.

Avec fils de poteau

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest news

Patinage: “Commencer une table rase deux ans avant les Jeux me semble peu pratique”, explique Péchalat.

Dix jours après l'annonce de sa candidature à la présidence du FFSG (le président Didier Gailhaguet n'a pas été...

Dix médecins d’Ile-de-France lourdement pénalisés après la signature d’un forum anti-homéopathie

"L'homéopathie, comme d'autres pratiques appelées" médecine alternative ", n'est nullement scientifique. Ces pratiques sont basées sur des croyances qui...

Un record bat le Metk Funk

The Meters, en 1970. Collection Gilles PETARD / DALLE APRFTout d'abord, comme de nombreux groupes, ils ont...

Must read

You might also likeRELATED
Recommended to you