L’Australie dépense 100 millions de dollars en «soutien financier rapide» pour les pays du Pacifique frappés par un cyclone et une pandémie

0
25

L’Australie dépense 100 millions de dollars pour aider les gouvernements des pays du Pacifique en difficulté à couvrir les coûts de base de la gestion de leur pays.

L’arrêt du tourisme international en raison de la pandémie de coronavirus et des récents dégâts causés par le cyclone Harold ont été dévastateurs pour de nombreuses économies du Pacifique.

Le gouvernement australien a prélevé 100 millions de dollars sur les programmes d’aide existants pour fournir un “soutien financier rapide” à 10 pays de la région.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée recevra le plus d’aide, car elle avait déjà du mal à refinancer ses dettes avant le ralentissement mondial causé par COVID-19.

Une maison aplatie peut être vue d'en haut sur une photo aérienne.
Des pays du Pacifique comme Vanuatu ont subi de lourds dégâts lorsque le cyclone Harold de catégorie cinq a frappé en avril.(Fourni: VBTC / Pax Leo)

Dans une déclaration fournie à l’ABC, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères et du Commerce (DFAT) a souligné la nécessité d’obtenir une aide financière pour le Pacifique dans les plus brefs délais.

“L’Australie fournit des programmes d’assistance distincts pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Fidji, les Îles Salomon, les Samoa, les Tonga, Nauru, Kiribati, Vanuatu, Tuvalu et le Timor-Leste.”

L’ABC comprend que la Papouasie-Nouvelle-Guinée recevra un soutien économique de 20,5 millions de dollars et les Îles Salomon et Vanuatu 13 millions de dollars.

Le Timor-Leste recevra 10 millions de dollars, Fidji, Samoa et Tonga 10,5 millions de dollars chacun, Nauru et Kiribati 4,5 millions de dollars chacun et 3 millions de dollars pour Tuvalu.

Deux femmes portent un toast avec leurs peurs dans un paradis tropical sous les palmiers Deux femmes portent un toast avec leurs peurs dans un paradis tropical sous les palmiers
De nombreux pays du Pacifique dépendent économiquement du tourisme, qui a disparu au milieu des blocages mondiaux des coronavirus.(Reuters: Jason Reed)

Financement pour offrir un répit

Les 20,5 millions de dollars pour soutenir le budget de la PNG s’ajoutent à un prêt de 440 millions de dollars du gouvernement fédéral à la fin de l’année dernière.

Il devait être une mesure temporaire pour aider la PNG jusqu’à ce que le nouveau Premier ministre James Marape puisse refinancer la dette du pays avec l’aide du Fonds monétaire international (FMI).

Mais le remboursement de ce prêt à court terme a maintenant été suspendu et le budget de l’aide a été utilisé pour soutenir davantage les dépenses publiques quotidiennes.

La déclaration du DFAT souligne la nécessité “d’aider la Papouasie-Nouvelle-Guinée à gérer les nouveaux impacts sanitaires, économiques et sociaux de la pandémie, et de maintenir les services essentiels”.

Lors d’une visite à Sydney l’année dernière, M. Marape a présenté sa vision de mettre fin à la relation entre la PNG et les donateurs d’aide à l’Australie “dans les 10 prochaines années”.

Il a tracé ses plans pour diversifier l’économie du pays et réduire la dépendance à l’égard du soutien à l’étranger, un plan ambitieux qui sera désormais plus difficile à réaliser en période d’incertitude économique mondiale.

L’effet combiné du cyclone et de la pandémie est le «pivot» de l’aide australienne

Au cours des dernières décennies, les gouvernements australiens successifs ont évité de financer les résultats financiers des gouvernements étrangers.

La réorientation de l’aide vers cette fin indique les graves problèmes économiques auxquels certains pays du Pacifique sont confrontés.

La semaine dernière, la ministre des Affaires étrangères Marise Payne a déclaré au Parlement que les pays insulaires du Pacifique avaient pris “des mesures très rapides” pour maintenir la propagation du COVID-19 “à un taux très faible”.

Un homme vêtu d'une chemise blanche et d'un bonnet noir peint au pistolet les mots COVID-19 sur du carton sur une clôture.Un homme vêtu d'une chemise blanche et d'un bonnet noir peint au pistolet les mots COVID-19 sur du carton sur une clôture.
Les Madang Art Maniacs ont sensibilisé au COVID-19 en PNG.(Fourni: Madang Art Maniacs)

Mais en avril, le cyclone Harold “a aggravé l’impact du COVID-19 aux Îles Salomon, aux Tonga, au Vanuatu et aux Fidji”, a-t-elle déclaré.

Les effets combinés de la catastrophe naturelle et de la pandémie ont incité le «pivot» – comme l’a décrit le sénateur Payne – dans les priorités de dépenses dans la région.

En plus de réaffecter les fonds de l’aide au soutien budgétaire, le mécanisme australien de financement des infrastructures de 2 milliards de dollars pour le Pacifique tiendra compte du potentiel de croissance économique, d’emploi et de santé dans l’évaluation des projets qu’il financera.

Le gouvernement fédéral a également proposé des prolongations de visa de 12 mois aux travailleurs du Pacifique en Australie pour un travail saisonnier.

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.