nouvelles (1)

Newsletter

L’Australie demande à Apple, Meta et Microsoft de partager des mesures anti-abus et menace d’amendes

SYDNEY, 30 août (Reuters) – Un régulateur australien a envoyé des lettres juridiques au propriétaire de Facebook Meta Platforms (META.O), Apple Inc (AAPL.O) et Microsoft Corp (MSFT.O) exigeant qu’ils partagent leurs stratégies pour éradiquer la maltraitance des enfants matériel sur leurs plateformes sous peine d’amendes.

Le commissaire à la sécurité électronique, un organisme créé pour protéger les internautes, a déclaré qu’il avait utilisé des lois entrées en vigueur en janvier pour obliger les géants de la technologie à divulguer les mesures qu’ils prenaient pour détecter et supprimer le matériel abusif dans les 28 jours. Si elles ne le faisaient pas, les entreprises s’exposeraient chacune à une amende de 555 000 dollars australiens (383 000 dollars) par jour.

La menace souligne l’approche intransigeante de l’Australie en matière de réglementation des entreprises Big Tech depuis 2021, qui a jusqu’à présent inclus des lois les obligeant à payer les médias pour afficher leur contenu et des lois les obligeant à transmettre les détails de comptes anonymes qui publient du matériel diffamatoire.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Entre-temps, les entreprises Internet ont subi des pressions dans le monde entier pour trouver un moyen de surveiller les services de messagerie cryptée et de streaming pour le matériel pédopornographique sans empiéter sur la vie privée des utilisateurs. Lire la suite

“Cette activité n’est plus confinée aux coins cachés du dark web, mais est répandue sur les plateformes grand public que nous et nos enfants utilisons tous les jours”, a déclaré la commissaire Julie Inman Grant dans un communiqué.

“Alors que de plus en plus d’entreprises se tournent vers des services de messagerie cryptés et déploient des fonctionnalités telles que la diffusion en direct, la crainte est que ce matériel horrible se propage sans contrôle sur ces plateformes”, a-t-elle ajouté.

Un porte-parole de Microsoft, propriétaire du service d’appel vidéo Skype, a déclaré que la société avait reçu la lettre et prévoyait de répondre dans les 28 jours.

Un porte-parole de Meta, qui possède également le service de messagerie WhatsApp, a déclaré que la société examinait toujours la lettre mais continuait à “s’engager de manière proactive avec le commissaire à la sécurité électronique sur ces questions importantes”.

Apple, qui possède le service de messagerie vidéo FaceTime, le service de messagerie iMessage et le service de stockage de photos iCloud, n’a pas immédiatement répondu à un e-mail demandant un commentaire.

Le commissaire à la sécurité électronique a fait référence aux chiffres fournis par le National Center for Missing & Exploited Children des États-Unis, qui a déclaré cette année avoir reçu 29,1 millions de signalements de matériel pédopornographique de la part de sociétés Internet, dont seulement 160 provenaient d’Apple tandis que 22 millions provenaient de Facebook.

(1 $ = 1,4499 dollar australien)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Byron Kaye; Montage par Ana Nicolaci da Costa

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT