L’agonie des producteurs laitiers: ferme chaque mois une ferme en Catalogne

0
32

Le JARC a transféré au Département de l’agriculture le situation “limite” dans laquelle se trouvent les producteurs de lait catalans. L’entité affirme que le prix au litre qu’ils perçoivent “pendant des années est inférieur à ce qui est nécessaire pour assurer leur rentabilité”, ce qui “représente des milliers d’euros de pertes annuelles pour les agriculteurs.Egons JARC, “chaque mois, un producteur de lait est contraint de cesser son activité” et, “au cours des 27 dernières années, 90% des exploitations ont abandonné la production laitière en Catalogne”. En revanche, le nombre de litres de lait produit par exploitation a été multiplié par 14. En 1992, il y avait 4 329 exploitations laitières, alors qu’il n’y a actuellement que 432 exploitants qui livrent du lait cru, selon les données de l’Agriculture.

Compte tenu de la “gravité” du secteur, le JARC a demandé au gouvernement de définir le modèle laitier qu’il souhaite pour la Catalogne et “d’arrêter l’imposition de charges inaccessibles par les producteurs tels que la future loi sur la réglementation du bétail”, qui “impliquera de devoir de nouveaux investissements dans les exploitations agricoles. “

Le chef du secteur des bovins laitiers du JARC, Roser Serret, a exhorté les administrations compétentes à garantir “le respect des contrats laitiers”. Il souligne que les producteurs “sont souvent dans une situation d’impuissance totale, bien qu’ils aient signalé des violations de la loi sur la chaîne alimentaire”. Serret estime que “les politiques agricoles et économiques devraient viser davantage à promouvoir et protéger la production nationale”.

Les agriculteurs ne couvrent pas les coûts de production

Selon un rapport préparé par l’Agriculture, 50,6% des exploitations ont un recensement de moins de 100 vaches et avec seulement 6,9% des producteurs, soit 30 producteurs actuellement, produisent les 41,9% du lait de vache de Catalogne. La simulation des coûts projetée en janvier 2020, selon ce document, estime que le seuil de rentabilité (prix qui devrait être reçu pour le lait) serait de 33,37 cents le litre, alors que le prix reçu correspondant à janvier était de 32,62 centimes d’euros / litre. Ce montant n’a pas été atteint au cours des 5 dernières années, rapporte le JARC.

L’organisation agraire déclare que cette situation a commencé à se développer surtout à partir de l’an 2000 avec le soi-disant «cartel du lait». La Commission nationale des marchés et de la concurrence a sanctionné les principales industries laitières opérant dans l’État pour avoir violé les règles de la libre concurrence entre 2000 et 2013, toutes deux inclusives. Au cours de cette période, “ces entreprises ont échangé des informations sur les prix d’achat pour faire baisser les prix du lait à recevoir par les agriculteurs, ce qui a conduit de nombreuses exploitations à la ruine”, se souvient le JARC.

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.