L'accord sur le Brexit 'sera conclu demain avant que le gouvernement britannique ne l'approuve lundi'

Un accord sur le Brexit pourrait être convenu secrètement par les négociateurs à Bruxelles dimanche avant d'être présenté au gouvernement britannique la semaine prochaine, a-t-on affirmé.

Des documents internes, qui proviendraient de l'équipe du négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, ont été divulgués en Allemagne.

Des journalistes de l'un des plus grands journaux allemands, Süddeutsche Zeitung, auraient eu accès à des documents comportant un calendrier.

Dans les journaux, il a été affirmé qu'un accord sur l'accord sur le Brexit avec la Grande-Bretagne devrait être conclu dimanche.

Le "calendrier provisoire" et son contenu ont été présentés vendredi aux ambassadeurs de l'UE pour leur faire prendre conscience de la position de l'UE, a-t-on affirmé.

Soulignés en rouge dimanche, les journaux disent: "Accord conclu, rien n'a été rendu public (en théorie)".

Selon le même calendrier, la Grande-Bretagne aura accès à l’offre proposée lundi.

Dans quelques jours, si cela est convenu, le ministre britannique du Brexit, Dominic Raab, et le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, devraient annoncer publiquement à Bruxelles.

Toutefois, le journal signale que les échanges sur les accords commerciaux ont encore été passionnés après la date de congé officiel et que la "phase de transition" suivante s'achève samedi.

Michel Barnier pourrait proposer un accord au Royaume-Uni lundi après accord de son équipe de négociation

Michel Barnier pourrait proposer un accord au Royaume-Uni lundi après accord de son équipe de négociation

Michel Barnier pourrait proposer un accord au Royaume-Uni lundi après accord de son équipe de négociation

Cette semaine, la frontière irlandaise semblait être le principal point de blocage des négociations.

Michel Barnier n'a pas semblé être sur le point de conclure un accord ou de céder aux exigences de l'Union européenne à la frontière.

Le négociateur de l'UE a insisté sur le fait que des "contrôles" seraient nécessaires entre le Royaume-Uni et le bloc à l'avenir, et qu'ils ne pourraient pas se produire entre l'Irlande du Nord et la République.

Dans un discours prononcé à Bruxelles, M. Barnier a répété son plan visant à ce que la province reste au sein de la juridiction douanière de l'UE – suggérant que le balayage des codes à barres et d'autres technologies pourraient être utilisés pour atténuer les "sensibilités politiques".

Dans le cadre du plan de soutien de la Commission européenne pour la frontière irlandaise, les contrôles douaniers et de la TVA seraient effectués selon les procédures de transit douanier existantes, afin d'éviter la nécessité d'inspections physiques à la frontière, a-t-il déclaré.

M. Barnier a promis de continuer à se battre pour protéger l'intégrité du marché unique européen.

«Le Brexit n'apporte aucune valeur ajoutée. C'est une négociation négative. C'est un match perdant », a-t-il déclaré.

M. Barnier a également déclaré que la Grande-Bretagne pourrait améliorer la situation en adhérant à une union douanière – ce que le Premier ministre a exclu, car cela rendrait les accords commerciaux ailleurs impossibles.

Dans un arrêt cinglant, il s'est attaqué au projet de Mme May's Checkers pour les échanges futurs, avertissant que cela saperait le marché unique et donnerait au Royaume-Uni un «avantage concurrentiel énorme».

Mme May a insisté sur le fait que cette idée était inacceptable car elle risquerait de scinder le Royaume-Uni.

Il y a cependant eu de légers signes de progrès parmi les informations selon lesquelles les deux parties travaillent maintenant sur un texte unique d'un accord de divorce – plutôt que de faire des contre-propositions.

L’intervention s’est déroulée au milieu d’une lutte désespérée pour mettre au point un ensemble acceptable pour les deux parties.

Une solution suggérée semble être que l'Irlande du Nord puisse rester sur le marché intérieur européen pendant une période limitée afin d'éviter une frontière dure.

Cependant, les politiciens nord-irlandais ont à plusieurs reprises rejeté des offres selon lesquelles leur peuple serait traité différemment du reste du Royaume-Uni.

Plus tôt cette semaine, Michel Barnier a critiqué ce que le Royaume-Uni a proposé à Bruxelles - mais une contre-offre est en préparation, pense-t-on.

Plus tôt cette semaine, Michel Barnier a critiqué ce que le Royaume-Uni a proposé à Bruxelles - mais une contre-offre est en préparation, pense-t-on.

Plus tôt cette semaine, Michel Barnier a critiqué ce que le Royaume-Uni a proposé à Bruxelles – mais une contre-offre est en préparation, pense-t-on.

Theresa May aura une semaine difficile devant elle pour convaincre ses collègues du DUP si un accord sur le Brexit ne peut résoudre leurs problèmes avec les propositions relatives à la frontière irlandaise

Theresa May aura une semaine difficile devant elle pour convaincre ses collègues du DUP si un accord sur le Brexit ne peut résoudre leurs problèmes avec les propositions relatives à la frontière irlandaise

Theresa May aura une semaine difficile devant elle pour convaincre ses collègues du DUP si un accord sur le Brexit ne peut résoudre leurs problèmes avec les propositions relatives à la frontière irlandaise

On pense que Mme May essaie de débloquer les négociations avec de nouveaux projets de "renfort" pour éviter une frontière irlandaise difficile.

Cela pourrait effectivement maintenir l'ensemble du Royaume-Uni dans l'union douanière en tant que mesure "temporaire" jusqu'à ce qu'un accord commercial plus large soit finalisé sur la base de son modèle Checkers.

Mais il est également probable que les contrôles réglementaires dans la mer d'Irlande soient renforcés afin de protéger le marché unique de l'UE.

Cela pourrait détruire les relations entre Mme May et le DUP – qui a averti qu'il avait une ligne rouge sang sur la question.

Tout accord de ce week-end sera discuté par le Conseil général puis approuvé par les 27 chefs d'État et de gouvernement lors de leur sommet de l'UE mercredi soir, a-t-on affirmé.

Pour le lendemain, les notes indiquent: "Le contrat avec Theresa May a été confirmé au Conseil européen".

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.