nouvelles (1)

Newsletter

La Slovaquie est une très mauvaise surprise. Eh bien, catastrophe…

aujourd’hui 15:10
|

“La dernière sélection de l’italien”, a écrit le portail Azerisport. Comme cela a été le cas ces derniers mois, tout ce que fait Gianni De Biasi, l’entraîneur de l’Azerbaïdjan âgé de 66 ans, est sous le feu des critiques. Résultats, nomination, choix de match, tactiques, remplacements…

Il souhaite le succès à Calzon, mais seulement après le match d’aujourd’hui

Si De Biasi lisait les journaux azerbaïdjanais, il pourrait devenir fou. Mais il ne lit pas et il ne s’en cache pas. Maintenant, la critique n’a pas échappé à la nomination avec laquelle l’Azerbaïdjan est venu à Trnava. Rappelons qu’après le match en Slovaquie, l’Azerbaïdjan affronte le Kazakhstan dimanche à la Dalga Arena de Bakou. Il est possible que son séjour dans la division C de la Ligue des Nations soit en jeu, ce qui n’est peut-être pas une mauvaise chose du point de vue des Slovaques. Cependant, le niveau de motivation des joueurs de l’équipe nationale azerbaïdjanaise et de l’équipe nationale kazakhe sera déjà révélé par les duels d’aujourd’hui.

OÙ SE TROUVE GARAJEV ?

Gianni De Biasi a nommé 26 joueurs. “Comme d’habitude, la sélection des joueurs a soulevé de nombreuses questions, non sans bizarreries”, Azérisport a signalé. Les médias s’étonnent que l’Italien n’ait pas convoqué Gara Garaev. Le milieu de terrain du Karabakh a été critiqué à plusieurs reprises par les supporters et les journalistes pour ne pas avoir parfois le meilleur ou le plus faible match… “mais quand il montre son vrai niveau, ça se sent toujours” Azérisport a signalé. Le fait est que Garajev, 29 ans, qui a disputé 74 matches en équipe nationale, est le leader du FK Karabakh et est en excellente forme.

Le natif d’Horadiz a un statut emblématique parmi les fans du FK Karabach. C’est l’exemple typique d’un joueur fidèle à un club, il n’a joué pour aucun autre club, pas même dans les catégories jeunes. Il est au service du FK Karabach depuis 2008 et a disputé quatre cents matches pour eux rien qu’en championnat. Il a été vu en bonne place dans les matchs du Karabakh en phase de groupes de la Ligue européenne contre le FC Nantes français (3-0) et le SC Freiburg allemand (1-2). Il a été l’un des acteurs clés du club protégé lors des tours de qualification des Coupes d’Europe.

ET POURQUOI CES ?

En revanche, le milieu de terrain de 27 ans Elvin Džamalov est nominé. Les médias le comparent à l’absent Garayev, et bien sûr, c’est comme comparer Chopok au mont Everest. Jamalov n’a pas de débuts, d’objectifs et de réalisations, donc ces comparaisons sortent mal. Le fait est qu’il joue désormais à merveille sous le maillot du FK Sabah. Les médias n’ont pas apprécié la nomination des défenseurs Jalal Husejnov et Anton Krivociuk. On dit que le premier joue mal, le second – originaire de Kyiv et à moitié ukrainien – ne joue pratiquement pas dans le Wisla Plock polonais, il a disputé deux matches de championnat sur dix.

On dit que Rustam Ahmadzade n’éblouit pas, mais il fait partie de l’équipe nationale. On dit que son collègue de club Radim Sadikov joue mieux et qu’il en manque. Un sujet spécial est Mahir Emreli. L’attaquant du Dinamo Zagreb a joué 93 minutes en cinq titularisations dans le HNL croate cette saison, mais personne ne doute de lui. Les supporters azerbaïdjanais ont été satisfaits de la forme de l’attaquant de 23 ans Renat Dadašov. Le natif de Wiesbaden, en Allemagne, et joueur du Grasshopper Zürich a été reconnu dans le championnat suisse comme le meilleur joueur du mois d’août.

SUR LES PAS DE L’ALBANIE ?

Gianni De Biasi a remporté un énorme succès il y a six ans. L’entraîneur, qui s’est entraîné dans de nombreux clubs italiens (Modène, Vicence, FC Turin, SPAL Ferrara, Cosenza, Udinese) et espagnols (Levante, Alaves), s’est qualifié avec l’Albanie pour l’Euro 2016. C’était la première et toujours la seule participation albanaise à un grand événement de football, pour lequel De Biasi a été décoré de la plus haute distinction d’État directement des mains du président albanais, Bujar Nishani.

En Azerbaïdjan, ils voulaient la même chose. Pas impossible, surtout lorsque l’Union européenne de football (UEFA) est entrée dans les championnats avec un programme de chances généreuses pour les équipes des niveaux inférieurs du football européen. Ce que les Albanais ont réussi, ça a aussi marché pour les Nord-Macédoniens dans le cas de l’Euro 2020. Cependant, pas encore l’Azerbaïdjan. De Biasi est devenu son entraîneur le 11 juillet 2020, alors qu’il était censé s’entendre sur un contrat de deux ans.

Azerbaïdjan – Slovénie

Source : TASR

AUCUN BREVET POUR LE SUCCÈS

L’équipe n’a pas réussi à se qualifier pour le Mondial 2022. En compagnie de la Serbie, du Portugal et de l’Irlande, on ne s’y attendait sans doute pas, mais le seul point et la dernière place du groupe, même derrière le Luxembourg, ont provoqué la colère des supporters et des médias. Mauvais jeu offensif également, aucune victoire. Nous attendions ce que la Ligue des Nations apporterait – la clé même grâce à laquelle il est possible d’accéder au championnat. Après un match passif et seulement 20 minutes de qualité, l’Azerbaïdjan a commencé par une défaite au Kazakhstan (0-2). Les médias n’ont pas laissé de fil sec à De Biasi car il avait une rhétorique très confiante avant le match.

Elle a même sous-estimé, ce qui est revenu comme un boomerang à De Biasi sous la forme de la rhétorique de l’entraîneur du Kazakhstan Magomed Adiyev. Un match nul acceptable 0-0 avec la Biélorussie à Novi Sad a suivi, puis une défaite douloureuse pour l’Azerbaïdjan à domicile face à la Slovaquie (0-1). Ce n’est qu’au quatrième match qu’un résultat satisfaisant et une victoire ont finalement été obtenus – à Bakou après des buts d’Emreli et de Šejdayev, une victoire sur la Biélorussie (2:0). Cependant, il s’avère que De Biasi n’a pas de brevet pour réussir dans le pays de notre adversaire aujourd’hui.

ENCORE BEAUCOUP D’OPTIONS

L’Azerbaïdjan a quatre points. Théoriquement, il peut devenir le vainqueur du groupe, mais cela devrait correspondre au classique, que l’équipe de De Biasi gagnera tout – même avec le score approprié – et en particulier le Kazakhstan n’obtiendra pas un seul point. Dans le même temps, cependant, comme nous l’avons mentionné dans l’introduction, il peut être le dernier du groupe et tomber une division plus bas, bien que Black Peter soit toujours détenu le plus fortement par les Biélorusses. On dit que le sort de De Biasi dépend aussi de la façon dont il se termine.

“Bien sûr, si l’équipe obtient un résultat, personne ne critiquera particulièrement le choix de l’Italien. Cependant, la probabilité d’une telle chose est extrêmement faible. Sous De Biasi, le jeu de l’équipe nationale s’est dégradé et il n’y a aucune raison de croire qu’il va soudainement changer maintenant.” Azérisport a signalé.

SALUTATIONS CALZONES

Gianni De Biasi a ouvert la presse d’avant-match d’hier à Trnava avec bienveillance. Il a salué de loin l’entraîneur Francesco Calzona, le nouvel entraîneur-chef de la Slovaquie. “Je voudrais envoyer mes salutations à mon compatriote, qui est l’entraîneur de la Slovaquie, et je lui souhaite bonne chance, mais seulement après notre match”, dit Gianni De Biasi avec un sourire. “L’ambiance dans l’équipe est excellente, tout le monde attend le match avec impatience. Je sais comment nous avons joué lors des quatre matchs précédents. Je pense que nous nous sommes améliorés et je pense que nous allons encore mieux performer maintenant.” il a témoigné.

Hier encore, Gara Garajev prenait le relais à Trnava. Encore une fois, la question a été posée de savoir pourquoi il n’est pas avec l’équipe. L’entraîneur de l’Azerbaïdjan n’a pas eu envie de disséquer le sujet. “Je ne pense pas que deux matches résolvent quoi que ce soit à cet égard. On verra dans le futur” a déclaré Gianni De Biasi. Puis il est revenu au duel d’aujourd’hui. “Ce sera un match difficile. Je m’attends à ce que la Slovaquie bénéficie d’un soutien important. Les détails décideront. Je sais que nous avons un match difficile devant nous et un adversaire qui a une équipe compacte”, Talian a continué.

SURPRISE DESAGRÉABLE

Quand on lui a demandé si lui et Francesco Calzono, de treize ans son cadet, se connaissaient bien, il a secoué la tête. “Non, pas encore ça. Nous ne sommes pas proches. Cependant, je connais très bien son travail. Il a été adjoint de Maurizio Sarri ou de Luciano Spalletti en Serie A, c’est un bon connaisseur. Je pense qu’il a un défi très intéressant devant lui. Personnellement, je le vois comme une bonne opportunité. Il a beaucoup d’expérience, il a beaucoup à offrir. Il a d’excellents joueurs avec qui travailler.

Škriniar, Lobotka, je pourrais en nommer d’autres… Vous savez, je dois dire que la Slovaquie est une très mauvaise surprise pour moi dans cette compétition. Eh bien, un désastre… Mais c’est aussi le football. Parfois c’est très difficile et compliqué, parfois tout ne se passe pas comme il se doit en théorie. Tout est simple pour vous, vous écrivez sur le football, tout semble simple et clair, mais ce n’est pas le cas.” a ajouté l’Italien avec un sourire depuis le banc de l’Azerbaïdjan.

OPTIMISTE MAHMUDOV

L’Azerbaïdjan ne veut pas repartir les mains vides. “Je pense que nous allons surprendre. Mais je ne peux pas en dire plus ici. Le coach nous a commandé quelque chose, vous verrez le jour du match. Tout dépend de nous. Nous avons une équipe de qualité et je crois que nous réussirons », sourit le milieu de terrain de Neftchi Baku Emin Mahmudov, qui devrait commencer à porter le brassard de capitaine.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT