La seule offre de reprise prévoit de licencier près d’un millier de salariés

L’avenir de la marque de meubles Alinea semble sombre. – ALLILI MOURAD / SIPA

Une seule proposition de poursuite de l’activité de la marque de mobilier Alinéa, en redressement judiciaire, a été soumise par les actionnaires actuels. Mais il prévoit de diviser par deux ses effectifs de quelque 2 000 salariés, apprend-on des syndicats et de l’entreprise. L’offre des actionnaires actuels de la société dirigée par Alexis Mulliez, dont la famille détient le groupe Auchan, est le “plus sérieux”: il “garderait neuf des 26 magasins” en France mais “se séparerait” de 1.000 personnes, a déploré Eddy Chhlang, représentant de la
Syndicat CGT.

«C’est la seule offre pour maintenir la marque. Sans elle, ce serait une liquidation », a fait valoir pour sa part le service communication de la marque dont le siège social est à Aubagne, près de de Marseille. Des magasins dans le sud de la France et quelques-uns dans d’autres régions seraient maintenus, selon Eddy Chhlang. Les marques d’articles bon marché en tout genre, Gifi et La Foir’Fouille, ainsi que le distributeur Lidl, font également partie des entreprises qui ont soumis des offres pour reprendre quelques magasins mais sans y maintenir l’activité d’Alinéa, selon les syndicats. .

Reclassements possibles

En faillite, la société mise en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Marseille le 13 mai, avait déclaré une dette de 12 millions d’euros exigible, avec un chiffre d’affaires de 257 millions d’euros pour 62 millions d’euros. euros de perte nette. La direction avait expliqué ces mauvais résultats par le mouvement des «gilets jaunes», puis par les grèves liées à la réforme des retraites et enfin par la crise sanitaire liée au Covid-19 qui avait “mis un terme aux efforts entrepris”. Créée en 1989 à Avignon, Alinéa, détenue par Auchan Holding jusqu’en 2017, a été rachetée par Alexis Mulliez et emploie 1 974 salariés, dont 1 895 en CDI.

Les négociations sont toujours en cours, “plusieurs centaines d’offres de reclassement dans les enseignes de l’association familiale Mulliez et avec les acheteurs” des magasins vendus sont proposées, a indiqué à l’AFP une communication d’Alinéa. La CGT évoque des reclassements internes, dans Auchan Holding, mais aussi externes (Décathlon et Leroy Merlin): «Aujourd’hui, il y a 650 postes à pourvoir en France dans le groupe, mais des postes très éloignés de notre cœur de métier. , très peu de conseillers en vente et de logisticiens », a déclaré Eddy Chhlang.

“Les administrateurs ont dit qu’une centaine de postes pourraient être sauvés grâce à un reclassement”, a rapporté ce dernier, déplorant le “manque de communication” de la direction. Une audience au tribunal de commerce de Marseille est prévue le 30 août.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.