Nouvelles Du Monde

La sécurité des soins hospitaliers reste Cendrillon : les moyens comptés en attendant le Pnrr

La sécurité des soins hospitaliers reste Cendrillon : les moyens comptés en attendant le Pnrr

2023-09-27 19:31:08

Il ne suffit plus de faire face uniquement aux risques sanitaires, mais il faut les prévenir avec une préparation et des ressources adéquates. Les établissements de santé italiens sont toujours exposés à des vulnérabilités qui pourraient être compensées par des modèles de formation, d’information et de financement des risques basés sur des preuves et la qualité des données, y compris dans d’éventuelles stratégies de transfert de risques vers le marché de l’assurance. Il en ressort que 73% jugent insuffisantes les ressources allouées à la « gestion des risques »

Des moyens insuffisants en attendant le Pnrr

L’ouvrage “Gestion des risques de santé en Italie – Enquête sur les outils et ressources destinés à la sécurité des soins”, réalisé par Relyens, groupe mutualiste européen d’assurance et de gestion des risques dans le secteur de la santé, a attiré l’attention des lecteurs sur la sécurité des soins. la collaboration de Federsanità, une Confédération qui associe les autorités sanitaires locales, les hôpitaux et les Ircc ainsi que les représentants des municipalités. Les résultats de l’enquête illustrent une situation difficile où, face aux compétences et au professionnalisme, les investissements sont souvent insuffisants, ce qui pourrait trouver un soulagement dans le potentiel représenté par les fonds du Pnrr. Ce n’est pas un hasard si 73 % des personnes interrogées estiment que la fonction de gestion des risques ne dispose pas de ressources économiques suffisantes. Là où ils sont 11%, ceux-ci sont limités au seuil de 5 mille euros pour 40% des personnes interrogées : une somme insuffisante pour 70% de ceux qui ont répondu au questionnaire. C’est pourquoi les moyens du Pnrr sont importants en ce sens, avec un modeste 34% des personnes interrogées confirmant la planification de projets relatifs à la mission 6 du Plan, auxquels s’ajoutent 27% qui ont répondu “partiellement”.

La formation à la culture du risque est cruciale

Dans la gestion des risques hospitaliers, afin de construire un écosystème de santé sûr, efficace et durable à 360 degrés, comme le souhaite la loi 24/2017 Gelli-Bianco, la formation et la préparation sont fondamentales. En effet, une formation annuelle visant à développer les compétences est confirmée par 60 % des répondants et « partiellement » par 21 % supplémentaires. En outre, 83 % des personnes interrogées ont jugé les compétences susmentionnées « adéquates » ou « assez adéquates ». Par ailleurs, 70 % des personnes interrogées confirment que la diffusion de la culture du risque, exprimée dans un ensemble d’activités multiples de sensibilisation, de promotion et de formation, est une priorité poursuivie par l’entreprise. Pour Tiziana Frittelli, Président de Federsanità « les informations qui ont émergé dans l’étude réalisée avec Relyens nous permettent de détecter quelques indicateurs d’observation du modèle organisationnel actuel des activités de gestion des risques présents dans les structures aujourd’hui, avec une approche orientée vers la preuve des données. Sans doute un élément supplémentaire, précieux, de réflexion et d’orientation sur les projets à développer en matière de sécurité des soins”. « Comme Relyens, nous pensons que la proximité des établissements est un élément essentiel pour les accompagner dans leurs défis et avoir une vision claire et toujours actualisée de l’état quo de nos soins », a-t-il ajouté. Anna GuerrieriDirecteur Risk manager de Relyens en Italie.

#sécurité #des #soins #hospitaliers #reste #Cendrillon #les #moyens #comptés #attendant #Pnrr
1695909106

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT