nouvelles (1)

Newsletter

La Russie met en garde l’Occident : ne prenez pas vos actifs dans notre pays pour acquis

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, s’exprime lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 15 juin 2022. REUTERS/Anton Vaganov

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

  • Ce contenu a été produit en Russie où la loi limite la couverture des opérations militaires russes en Ukraine.

MOSCOU, 29 juin (Reuters) – La Russie a laissé entendre mercredi qu’elle n’avait pas abandonné l’idée de saisir les actifs et les entreprises appartenant à l’Occident dans le pays, alors qu’un haut responsable a vivement critiqué les gouvernements qui ont frappé Moscou avec des sanctions.

Lors d’un point de presse combatif, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a averti que la Russie était prête à “agir en conséquence” si l’Occident décidait d’utiliser les actifs gelés de l’État russe, dont le principal était d’environ 300 milliards de dollars de réserves de change de la banque centrale.

L’utilisation des fonds “sera interprétée par nous comme une attaque illégale et hostile, nous donnant le droit de prendre des mesures de représailles pour protéger nos intérêts”, a-t-elle déclaré mercredi.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

De hauts responsables occidentaux, dont le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, ont suggéré de saisir les réserves gelées pour aider à financer la reconstruction de l’Ukraine après la guerre. Lire la suite

Zakharova a qualifié la décision de l’Occident de geler les avoirs – imposée en réponse à l’envoi par Moscou de dizaines de milliers de soldats en Ukraine le 24 février – de violation du droit international.

“Nous ne devons pas oublier les avoirs étrangers des pays occidentaux, des entreprises et des citoyens qui se trouvent sur le territoire de notre pays”, a-t-elle déclaré.

Si l’Occident n’adhère pas aux principes de démocratie, d’économie ouverte, de propriété privée et d’indépendance judiciaire, alors “nous le reconnaîtrons et agirons en conséquence”, a ajouté Zakharova.

Des dizaines d’entreprises internationales, dont le géant pétrolier BP (BP.L), le constructeur automobile français Renault (RENA.PA) et McDonald’s, y ont mis sous cocon leurs activités depuis que Moscou a commencé ce qu’elle appelle son “opération militaire spéciale” et l’imposition ultérieure de sanctions occidentales sévères.

En mai, les législateurs russes ont donné leur approbation initiale à un projet de loi qui permettrait au gouvernement de nationaliser les actifs des entreprises occidentales qui sont parties, bien qu’il ne soit pas encore inscrit dans les textes de loi. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Reuters ; édité par John Stonestreet

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT