La reprise économique américaine est en passe de s’accélérer au quatrième trimestre — Quartz

| |

Les prévisionnistes s’attendent désormais à ce que l’économie américaine connaisse une croissance beaucoup plus rapide au cours des trois derniers mois de l’année après qu’un vidage des données économiques le 24 novembre a montré une image beaucoup plus rose qu’ils ne l’avaient prévu.

Les nouvelles données indiquent une croissance plus forte au troisième trimestre que ce qui avait été annoncé à l’origine, et une accélération du rythme de la reprise en octobre et novembre. Les économistes de diverses institutions, de Morgan Stanley à la Réserve fédérale d’Atlanta, ont augmenté leurs estimations du PIB pour le quatrième trimestre en réponse.

Une fin d’année en force n’est cependant pas inévitable. Une autre augmentation de type delta dans les cas de covid-19 pourrait à nouveau ralentir la reprise. À part cela, voici les indicateurs qui rendent les économistes optimistes :

Renforcement du PIB au troisième trimestre

Les économistes ont différentes manières de mesurer la croissance économique. Le PIB, le plus traditionnel, est basé sur les dépenses en biens et services. Il a augmenté de 2,1% au troisième trimestre, selon le Bureau of Economic Analysis (BEA) américain. Mais mercredi, l’agence a publié une autre mesure de la croissance, le revenu intérieur brut (RDB), qui est basé sur le revenu des personnes et des entreprises. Il a augmenté beaucoup plus vite que le PIB, de 7,6 % par rapport à la même période l’an dernier.

La comptabilisation des deux chiffres est sujette aux erreurs et est souvent révisée des mois, voire des années après, de sorte que les économistes ont commencé à faire la moyenne des deux. L’indicateur qui en résulte s’est avéré être un assez bon prédicteur des chiffres finaux du PIB.

Selon les calculs de Jason Furman, un économiste de Harvard, le nouveau chiffre du GDI se traduit par une croissance de 4,4% au troisième trimestre, le double de ce qui a été annoncé.

Les inscriptions au chômage au plus bas historique

Pendant ce temps, les inscriptions au chômage pour la semaine se terminant le 20 novembre est tombé à son plus bas niveau en 50 ans (pdf) à 199 000, ce qui correspond probablement à un solide rapport sur l’emploi pour novembre. C’est la première fois que les réclamations tombent en dessous des niveaux d’avant la pandémie, et cela indique que les employeurs hésitent beaucoup à licencier des travailleurs en raison de la pénurie de main-d’œuvre, a déclaré Daniel Zhao, économiste principal de Glassdoor. mentionné sur Twitter.

Cependant, les demandes déposées avant cette semaine s’élèvent à 2,05 millions et le nombre de chômeurs est toujours plus élevé qu’il ne l’était avant la pandémie, signalant que le marché du travail ne se rétablira pas complètement de sitôt.

Les consommateurs et les entreprises dépensent plus

Les Américains maintiennent leurs habitudes de consommation face à la hausse des prix. Les dépenses de consommation augmenté de 1,3% (ou 0,7% corrigé de l’inflation) en octobre, selon les données du BEA. Les revenus, quant à eux, ont augmenté de 0,5% après avoir baissé de 1% en septembre.

Les entreprises achètent aussi avec des dépenses d’équipement en hausse de 0,6% en octobre. Dans l’ensemble, les livraisons de biens durables ont augmenté de 1,5 % par rapport au mois précédent. Certes, certains secteurs sont toujours en difficulté en raison de problèmes de chaîne d’approvisionnement. Les commandes de transports comme les avions ont baissé de 2,6%

Réévaluer la reprise américaine

C’est ainsi que les prévisionnistes ont augmenté leurs projections de croissance économique au quatrième trimestre en réponse à la vague de données économiques positives :

Previous

La tragédie de la mort d’un dériveur ramène à la maison notre hostilité envers les désespérés du monde

Pinterest règle son procès pour discrimination sur le lieu de travail

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.