nouvelles (1)

Newsletter

La recherche révèle que les personnes souffrant de dépression « groupe caché » sont vulnérables à la pandémie

© Sam Wordley

Dans une étude menée auprès de près de 60 000 personnes par l’University College London (UCL), les scientifiques ont découvert que les personnes souffrant de dépression et d’anxiété avant COVID étaient un « groupe caché » – extrêmement vulnérable aux conséquences financières et de santé à long terme.

Les scientifiques de l’UCL, menant une série d’études sur COVID, ont examiné comment les personnes souffrant de dépression et d’anxiété pourraient être affectées par effets à long terme de la pandémie.

Les personnes présentant des niveaux plus élevés de dépression et d’anxiété sont entrées dans la pandémie avec un sentiment de santé mentale plus fragile. Ces personnes sont au centre de cette étude, publiée dans Le British Journal of Psychiatry, qui a interrogé 59 482 personnes en Angleterre.

« Beaucoup de gens ont perdu leur emploi »

L’auteur principal, le Dr Michael Green (Université de Glasgow) a déclaré: «Pendant la pandémie, de nombreuses personnes ont perdu leur emploi ou leurs revenus et ont été confrontées à des perturbations des soins de santé. Notre étude montre que cette perturbation était particulièrement susceptible d’affecter les personnes atteintes de santé mentale antérieure.

«Nous devons nous assurer que les soins de santé et le soutien en cas de difficultés économiques ne sont pas trop difficiles d’accès pour ces personnes vulnérables, d’autant plus que les soutiens économiques existants en cas de pandémie comme les congés sont supprimés.»

24% plus susceptibles d’avoir des procédures médicales retardées

Ces personnes étaient 24 % plus susceptibles d’avoir subi des retards dans des procédures médicales, et 12 % plus susceptibles de perdre leur emploi. D’autres données ont révélé qu’ils étaient également 33% plus susceptibles d’avoir interrompu leurs ordonnances ou leurs médicaments au cours des huit à 10 premiers mois de la pandémie que ceux présentant des niveaux moyens d’anxiété et de dépression.

Le professeur Nishi Chaturvedi (Unité MRC pour la santé et le vieillissement tout au long de la vie à l’UCL), qui co-dirige l’étude nationale de base sur la santé et le bien-être longitudinal Covid-19, a déclaré : « L’anxiété et la dépression vécues par les participants à l’étude vont au-delà des maladies mentales. santé signalée aux médecins généralistes et aux services de santé. Il s’agit d’un groupe de personnes en grande partie caché, vulnérable aux conséquences sanitaires et socioéconomiques potentiellement durables de la pandémie. »

Lisez l’étude complète ici.

Éditeur conseillé Des articles

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT