Home » La proposition du MRN du Michigan pourrait interdire la baignade sur les plages de l’État dans des conditions dangereuses

La proposition du MRN du Michigan pourrait interdire la baignade sur les plages de l’État dans des conditions dangereuses

by Nouvelles

Michigan (WLUC) – Une nouvelle proposition du directeur du Michigan Department of Natural Resources (DNR) limiterait la baignade dans certaines conditions.

La proposition se concentre sur les plages du lac Michigan de l’État dans la péninsule inférieure qui ont des zones de baignade désignées et des systèmes d’avertissement de drapeau. La baignade y serait interdite lorsque les drapeaux rouges flottent.

« Les drapeaux rouges signifient que les vagues dépassent trois pieds et que la vitesse du vent a augmenté », a expliqué Ron Olson, chef des parcs et loisirs du MRN.

Bien que la baignade soit populaire dans les parcs d’État UP sur les Grands Lacs, tels que McClain et JW Wells, il n’y a pas de zones de baignade désignées par l’État. Cependant, la proposition permettrait toujours au MRN d’empêcher les personnes d’entrer dans l’eau depuis certaines terres de l’État si les conditions sont dangereuses, si un sauvetage aquatique a lieu, si des bactéries nocives sont présentes ou si d’autres problèmes ont un impact sur la sécurité de l’eau.

Souvent, les personnes qui se lancent dans l’action pour sauver les nageurs en difficulté sont des surfeurs. La politique du MRN ferait une exception pour eux.

“Ils voient quelqu’un en difficulté parce qu’il est dans un courant de retour ou un courant structurel, ils le mettent sur leur planche, l’amènent à terre, puis ils recommencent à surfer”, a déclaré Dave Benjamin, directeur exécutif de la Projet de sauvetage en surf des Grands Lacs. « Les surfeurs dépendent des vagues pour participer à nos activités. En plus de cela, sur les 994 noyades dans les Grands Lacs depuis 2010, aucun n’a été causé par des surfeurs.

Si l’ordonnance entre en vigueur, une violation pourrait entraîner une infraction civile, passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 500 $.

“Le but ici n’est pas d’écrire un tas de billets”, a déclaré Olson. « Notre objectif est que les gens restent en sécurité. »

La Commission nationale des ressources naturelles devrait se saisir de la proposition lors de sa réunion du 12 août. Le directeur du DNR aura le dernier mot sur la finalisation de la commande.

Copyright 2021 WLUC. Tous les droits sont réservés.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.