La pauvreté en Asie du Sud-Est va exploser dans une “ crise socio-économique ”: ONU

JAKARTA (Reuters) – L’Asie du Sud-Est est au bord d’une «crise socio-économique» causée par la pandémie COVID-19 qui pourrait renverser des décennies de réduction de la pauvreté, ont averti les Nations Unies.

«La crise menace de détruire les moyens de subsistance des 218 millions de travailleurs informels d’Asie du Sud-Est», a déclaré jeudi une note de politique de l’ONU publiée jeudi.

«Sans un revenu alternatif, des systèmes formels de protection sociale ou des économies pour amortir ces chocs, les travailleurs et leurs familles seront poussés dans la pauvreté, renversant des décennies de réduction de la pauvreté.»

L’économie régionale devrait se contracter de 0,4% en 2020, a-t-il déclaré, tandis que les envois de fonds des Asiatiques du Sud-Est travaillant à l’étranger devraient baisser de 13% ou 10 milliards de dollars.

Le journal a exhorté les nations à corriger les «termites fiscaux»: des problèmes budgétaires tels que l’évasion fiscale, les prix de transfert et les subventions aux combustibles fossiles afin de pouvoir proposer de vastes plans de relance pour aider les populations vulnérables et stimuler leurs économies.

Les bas prix actuels du pétrole ont fourni une occasion idéale de renverser les subventions aux combustibles fossiles, a-t-il ajouté.

En Indonésie, le pays le plus peuplé de la région, les subventions aux combustibles fossiles en 2020 dépasseront la totalité de son aide sociale COVID-19 et de ses mesures de relance, selon le rapport de l’ONU.

En plus d’augmenter les paiements de l’aide sociale, les pays d’Asie du Sud-Est devraient donner la priorité à des dépenses de santé plus élevées, a déclaré Armida Salsiah Alisjahbana, chef de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique.

Six des 11 pays de la région – y compris ses deux plus grands pays, l’Indonésie et les Philippines – ont reçu la note la plus basse pour les dépenses de santé selon l’indice de développement humain à cinq niveaux de l’ONU. Trois autres se trouvaient au deuxième niveau le plus bas et les deux autres au niveau intermédiaire.

Le rapport couvrait les Philippines, le Vietnam, le Laos, le Cambodge, la Thaïlande, le Brunei, la Malaisie, le Myanmar, Singapour, l’Indonésie et le Timore-Leste.

Reportage de Tom Allard; Édité par Raju Gopalakrishnan

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.