La Norvège accepte le plus grand désinvestissement connu dans les combustibles fossiles

0
21

Le Fonds souverain de la Norvège, le plus grand au monde (avec plus d’un billion de dollars d’actifs), il est sur le point de devenir de plus en plus écologique et s’est engagé sur la voie du désengagement (mais pas totalement) des énergies fossiles).

Le Parlement norvégien a voté et ratifié à l’unanimité de donner pour instructions au Sovereign Wealth Fund (le fonds de pension du gouvernement norvégien, également connu sous le nom de Petroleum Fund) de vendre une valeur estimée à quelque 7 milliards de dollars de quelque 150 sociétés pétrolières. et du gaz.

Il a également été chargé de céder des milliards de dollars de plus en sociétés de charbon. Le renoncement au charbon peut atteindre 5,8 milliards de dollars selon les estimations des ONG.





Cela porte le total estimé des exclusions de charbon, de pétrole et de gaz à plus de 13 000 millions de dollars.

Le Fonds est également autorisé à investir jusqu'à 20 000 millions de dollars dans les énergies renouvelables (2% du fonds), principalement dans des projets éoliens et solaires sur des marchés développés.

Toute cette décision répond à des considérations strictement financières. Le plus grand producteur d'hydrocarbures d'Europe occidentale, la Norvège, cherche à limiter l'exposition de ses finances publiques à un secteur de plus en plus interrogé, même par les investisseurs, face à la gravité de la crise climatique provoquée par les combustibles fossiles.


Les risques

La Norvège, premier producteur d'hydrocarbures en Europe occidentale, cherche à limiter l'exposition de ses finances publiques à un secteur de plus en plus préoccupé

Cette décision a pour conséquence que le fonds pourra céder des actifs dans des géants miniers fortement impliqués dans le charbon, tels que le suisse Glencore, l’australien BHP Billiton, l’Américain Anglo American et les sociétés d’énergie utilisant ce combustible fossile, comme l'allemand RWE et l'italien Enel, rapporte France Press.

Tout cela est le résultat d'un vote des parlementaires, qui ont adopté l'accord proposé début avril par le gouvernement de droite d'ajuster les critères de gestion du fonds.


La diversification

Le Fonds est également autorisé à investir jusqu'à 20 000 millions de dollars dans les énergies renouvelables (2% de ses ressources).






Jusqu'à présent, le fonds devrait être maintenu loin des sociétés minières ou des producteurs d’énergie avec plus de 30% de l’activité liée au charbon.

Désormais, le fonds devrait cesser d'investir dans des sociétés produisant plus de 20 millions de tonnes de charbon par an ou produisant plus de 10 000 MW d'électricité à partir de ce combustible fossile.

Selon plusieurs groupes de protection de l'environnement, cette décision impliquerait la vente d'actions d'une valeur supérieure à 5 200 millions d'euros dans huit sociétés.

Évaluations

"Il est bon de voir que la Norvège élimine certains des plus grands ennemis de l'Accord de Paris contre le changement climatique", a déclaré la responsable de l'ONG Urgewald, Heffa Schuecking, qui a déploré que cette mesure ne s'applique pas aux entreprises qui planifient la construction. de nouvelles centrales au charbon.

"Le gros problème économique lié à l'énergie dans la prochaine décennie sera l'assaut des bastions des énergies fossiles par des sources d'énergie renouvelables moins chères dans la phase de construction et d'exploitation, beaucoup plus propre et beaucoup plus facile, efficace et rapide dans son déploiement ", a déclaré Mark Lewis, responsable de la recherche sur le changement climatique chez BNP Paribas.





Référence importante

Les décisions relatives au fonds souverain norvégien, qui contrôle l'équivalent de 1,4% de la capitalisation boursière mondiale, sont d'autant plus importantes qu'elles sont souvent suivies par d'autres investisseurs.


Tourner

La pertinence de l'accord réside dans le fait qu'il peut servir de référence à d'autres fonds et capitaux d'investissement

Selon le nouveau scientifique, Bill McKibben, et le directeur de Divest Invest, il pourrait s'agir du plus grand désinvestissement dans le secteur du pétrole et du gaz rendu public à ce jour.

Le fonds est un géant des investissements qui compte en moyenne 1,3% de toutes les sociétés cotées en bourse dans le monde. On estime donc que cette décision affectera tous les marchés internationaux. Cela signifiera non seulement le plus grand désinvestissement dans les combustibles fossiles, mais un investissement massif dans les énergies renouvelables à ce jour.

Moins de vulnérabilité

La raison de cette décision sur le pétrole et le gaz est "réduire la vulnérabilité de notre richesse commune (de la Norvège) à une baisse permanente du prix du pétrole ", comme l'a soutenu le ministère des Finances de la Norvège.

La décision sur les énergies renouvelables fait partie d'une stratégie d'investissement. La décision sur le charbon, cependant, est le renforcement d'une politique en vigueur depuis mai 2015 axée sur des raisons éthiques. Les propositions énergétiques ont été soutenues par toutes les parties.





Selon l'analyse commandée par le ministère des Finances, on estime que le marché mondial des infrastructures d'énergies renouvelables augmentera de près de 50%, passant de 2,9 milliards de dollars en 2017 à 4,2 milliards de dollars en 2030, principalement les nouveaux ajouts de capacité d'énergie solaire et éolienne.

Cette mesure stimulera grandement ces investissements.

Le fondateur de 350.org

"En ce qui concerne le pétrole et le gaz, il s’agit presque certainement du plus grand désinvestissement à ce jour, et le fait qu’il provienne de personnes ayant une grande expérience de l’industrie pétrolière montre clairement que l’argent intelligent fuit le secteur, pour des raisons à la fois. morale comme financière ", a déclaré Bill McKibben, fondateur de 350.org, a déclaré:

"C'est un signe clair que le travail de dizaines de milliers d'activistes à travers le monde porte ses fruits."


Bill MacKibben

"La Norvège vient de devenir le champion incontesté du mouvement de désinvestissement dans les combustibles fossiles"

"La Norvège vient de devenir le champion incontesté du mouvement de désinvestissement dans les combustibles fossiles: contrairement aux autres fonds massifs qui se sont engagés à ne désinvestir que dans le charbon, la Norvège comprend que le risque climatique croissant exige également une forme de désinvestissement des entreprises. du pétrole et du gaz ", déclare Clara Vondrich, directrice de Divest Invest.





"En plus d'isoler son portefeuille contre la baisse inévitable et permanente du prix du pétrole, la décision de la Norvège informe le secteur des combustibles fossiles que l'argent intelligent est dans les énergies renouvelables: l'engagement historique de la Norvège d'investir des milliers de dollars Des millions de dollars en projets solaires et éoliens ne sont qu'un échantillon de ce qui se passera lorsque les investisseurs se désengagent du passé et investissent dans l'avenir. "





LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.