La Maison Blanche a commenté les accusations portées contre les agents des services spéciaux russes :: Politique :: RBC

La Maison Blanche a commenté les accusations portées contre les agents des services spéciaux russes :: Politique :: RBC

La Maison Blanche a déclaré que l'attaque du pirate informatique, qui, selon le ministère de la Justice américain, avait été commise par 12 employés du GRU, n'a pas affecté le décompte des voix lors de l'élection présidentielle. C'est ce qu'a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Lindsey Walters, rapporte CNN.

Selon elle, à l'heure actuelle il n'y a aucune preuve que le crime a été commis par un citoyen américain. "Il n'y a aucune déclaration que l'intrigue a affecté le nombre de votes ou a changé les résultats des élections", a déclaré Walters. Elle a noté que cela avait été discuté plus tôt à Washington.


Les États-Unis accusent 12 services spéciaux russes d'ingérence dans les élections

Vendredi 13 juillet, le premier vice-ministre de la Justice, Rod Rosenstein, a déclaré que 12 employés des services spéciaux russes avaient été accusés d'avoir piraté les réseaux informatiques du candidat présidentiel américain Hillary Clinton. Selon lui, nous parlons du personnel de la Direction générale de l'état-major général de la Russie. Ils sont accusés d'avoir volé les noms et les mots de passe des volontaires de la société de campagne Clinton et les données du chef du siège pré-électoral de John Podesta. Le ministère de la Justice a noté que les employés des services spéciaux russes ont également piraté le réseau informatique du Comité national du Parti démocratique. Le ministère américain de la Justice affirme que ces actions ont été commises en mars 2016. Le ministère a accusé 12 services spéciaux russes de conspiration, qui avaient pour but de commettre un crime contre les États-Unis et de voler des données personnelles. En outre, le département américain estime avoir également participé au blanchiment d'argent. Des accusations ont été portées contre le GRU trois jours avant la rencontre du président américain Donald Trump avec le dirigeant russe Vladimir Poutine, qui se tiendra le 16 juillet à Helsinki. Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié les accusations du Département américain de la Justice de détournement de fonds, dont le but est de "gâcher l'atmosphère" avant le sommet des deux présidents. A Moscou, ils ont remarqué qu'à Washington ils essayaient "de tous" de faire revivre le "canard" que la Russie a interféré dans le processus d'élection des Etats-Unis. Les autorités russes réfutent de telles accusations.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.