La Ligue arabe exhorte Israël à arrêter les prières juives à la mosquée Al-Aqsa

  • Les Arabes disent qu’Israël restreint le droit de culte des musulmans dans la vieille ville
  • Le culte juif dans la région d’Al-Aqsa est provocateur et menace d’effusion de sang
  • Israël doit respecter le droit historique et légal des sites musulmans, déclaration
  • Israël déclare assurer la liberté de culte pour toutes les religions

AMMAN, 21 avril (Reuters) – La Ligue arabe a appelé jeudi Israël à mettre fin aux prières juives dans l’enceinte du troisième lieu saint de l’islam à Jérusalem-Est, avertissant qu’il s’agissait d’un affront flagrant aux sentiments musulmans qui pourrait déclencher un conflit plus large.

Ils ont déclaré qu’alors qu’Israël restreignait le droit de culte des musulmans dans la vieille ville de Jérusalem, les juifs ultra-nationalistes sous protection policière étaient autorisés, au plus fort du mois de jeûne musulman du Ramadan, à entrer dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa.

Situé au sommet du plateau fortifié de la vieille ville, le site est connu des musulmans sous le nom de Haram al Sharif (noble sanctuaire) et des juifs sous le nom de mont du Temple, le site le plus sacré du judaïsme, où ils croient que deux temples anciens se trouvaient.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

“Nos demandes sont claires pour qu’Al-Aqsa et Haram al Sharif dans toute leur région soient un seul lieu de culte pour les musulmans”, a déclaré le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman al Safadi aux journalistes aux côtés du chef de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit après une réunion d’urgence à Amman le la question.

Gheit a déclaré qu’Israël violait la politique séculaire selon laquelle les non-musulmans peuvent visiter l’enceinte d’Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l’islam après La Mecque et Médine, mais pas y prier.

Les dirigeants israéliens ont déclaré qu’ils garantissaient la liberté de culte pour toutes les religions à Jérusalem.

La zone de la mosquée Al-Aqsa est le site le plus sensible du conflit vieux de plusieurs générations. Cette année, les tensions ont été exacerbées en partie par le ramadan qui coïncide avec la célébration juive de la Pâque.

“Ces violations sont un affront flagrant et une provocation des sentiments musulmans partout et elles risquent un cycle de violence qui menace la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde”, a déclaré la Ligue arabe dans un communiqué.

Israël considère l’ensemble de Jérusalem comme sa capitale et le centre de la foi juive. Il a annexé Jérusalem-Est, qui comprend la vieille ville, après un conflit de 1967, dans une démarche qui n’a pas gagné la reconnaissance internationale.

Une recrudescence de la violence en Israël et dans les territoires palestiniens occupés au cours des dernières semaines a fait craindre un retour à un conflit plus large.

Depuis mars, les forces israéliennes ont tué au moins 29 Palestiniens lors de raids en Cisjordanie, et une série d’attaques meurtrières de rues arabes ont tué 14 personnes en Israël.

Safadi, qui s’est entretenu avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken cette semaine, a rencontré mercredi de hauts responsables du département d’État américain en tournée dans la région pour discuter de la réduction des tensions.

Safadi a déclaré avoir reçu des assurances qu’Israël empêcherait l’entrée des fidèles juifs à Al-Aqsa au cours des 10 derniers jours du Ramadan qui commence vendredi, une décision largement attendue pour aider à désamorcer les tensions.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Suleiman Al-Khalidi; Montage par Alex Richardson

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT