nouvelles (1)

Newsletter

La Hongrie retarde l’accord de l’UE pour sanctionner le pétrole russe

L’Union européenne peine à finaliser les termes d’un embargo pétrolier contre la Russie face à la résistance de la Hongrie, dont le dirigeant a affirmé vendredi que le projet d’embargo frapperait son économie comme une bombe atomique.

Le Premier ministre Viktor Orban entretient depuis longtemps des liens étroits avec Moscou et n’a pas rejoint d’autres pays de l’UE et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord pour tenter d’armer l’Ukraine. Il insiste sur plus de temps et d’argent de l’UE si la Hongrie veut rejoindre le reste du bloc dans la transition loin du pétrole russe, disent les diplomates.

L’opposition de la Hongrie signifie qu’un accord d’embargo sur le pétrole ne sera pas approuvé vendredi, comme les responsables l’avaient espéré, mais qu’il est toujours possible d’ici lundi, selon des personnes familières avec les négociations de l’UE. Les 27 États membres doivent accepter le paquet de sanctions, le sixième du bloc depuis La Russie a envahi l’Ukraine le 24 février.

Lundi, la Russie doit organiser son défilé militaire du Jour de la Victoire sur la Place Rouge pour commémorer la fin de la Seconde Guerre mondiale, un événement que le Kremlin envisage d’utiliser comme propagande pour son invasion de l’Ukraine.

Les travailleurs ont installé des drapeaux russes à Marioupol pour préparer les célébrations du Jour de la Victoire au milieu des combats en cours. Photo : Presse associée

L’organe exécutif de l’UE, la Commission européenne, a envoyé aux États membres une proposition cette semaine qui verrait le bloc arrêter les achats de pétrole brut de la Russie dans les six mois et interdire l’importation de produits pétroliers raffinés russes d’ici la fin de l’année. Les sanctions proposées comprennent le retrait de trois autres banques russes du réseau de messagerie financière Swift et une interdiction de fournir des services à la Russie, y compris une assurance pour les expéditions de pétrole.

La Commission a proposé d’offrir à la Hongrie et à la Slovaquie, qui dépendent fortement du pétrole russe livré via l’oléoduc Druzhba, un an de plus que le reste de l’UE pour cesser d’acheter des importations énergétiques russes.

Cependant, dans une proposition mise à jour, diffusée vendredi par la Commission, la Hongrie et la Slovaquie se sont vu offrir jusqu’à la fin de 2024 pour couper les importations de pétrole russe. La République tchèque, qui a également fait pression pour plus de temps, aurait jusqu’à la mi-2024.

M. Orban a critiqué la proposition de la Commission dans une interview à la radio d’Etat vendredi. “La proposition sur la table crée maintenant un problème hongrois, et il n’y a aucun plan pour le résoudre”, a-t-il déclaré, affirmant que son pays avait besoin de cinq ans pour se détourner de l’énergie russe.

Le Premier ministre Viktor Orban a été réélu après avoir promis que la Hongrie se tiendrait à distance de la guerre en Ukraine.


Photo:

John Thys/Associated Press

M. Orban a accusé la Commission de briser l’unité de l’UE sur l’Ukraine, affirmant qu’il avait toujours prévenu que les embargos sur l’énergie russe seraient très durs pour la Hongrie. M. Orban a également déclaré que les sanctions du bloc avaient frappé l’économie européenne plus durement que celle de la Russie – un argument qu’aucun autre dirigeant de l’UE n’a avancé.

La position de la Hongrie sur les sanctions et les armes contre l’Ukraine a entraîné des frictions importantes avec les alliés de droite de M. Orban au sein du gouvernement polonais et une guerre des mots avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

M. Orban a été réélu début avril après avoir promis que son gouvernement garderait ses distances avec la guerre en Ukraine et rejetterait les mesures qui entraînent des difficultés économiques hongroises.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré vendredi qu’il convoquerait les ministres des Affaires étrangères du bloc la semaine prochaine si aucune interdiction pétrolière ne pouvait être convenue ce week-end. Il a également indiqué que Bruxelles serait flexible sur le calendrier de sortie de la Hongrie du pétrole russe.

La lutte pour les sanctions survient dans un contexte d’années de frictions entre l’UE et la Hongrie au sujet de son système politique de plus en plus autoritaire. Budapest nie tout recul en matière de démocratie et d’État de droit, ainsi que les allégations d’utilisation abusive des fonds de l’UE.

Bruxelles retient des milliards d’euros de financement de la relance pandémique de la Hongrie en raison de problèmes d’état de droit. Le mois dernier, la Commission a fait monter les enchères en déclenchant un nouvel instrument qui pourrait lui permettre de geler des milliards de fonds réguliers pour le pays.

Les responsables et les diplomates affirment que la majeure partie des autres sanctions proposées par la Russie sont sur le point d’être approuvées. Les dernières sanctions bancaires devraient être approuvées, tout comme les sanctions individuelles contre les responsables militaires et les mesures contre les individus et les diffuseurs accusés de diffuser de la désinformation.

La Grèce et Chypre demandent des concessions sur une proposition de la Commission qui empêcherait les compagnies maritimes européennes d’assurer les expéditions de pétrole russe. Ils soutiennent que la mesure conduira simplement à ce que les pétroliers d’autres pays prennent en charge les expéditions.

Vendredi, la Commission a proposé une mise en place plus longue de l’interdiction d’assurance, proposant qu’elle prenne effet trois mois après l’entrée en vigueur des sanctions, au lieu d’un. Les responsables ont également déclaré qu’ils travailleraient avec des partenaires internationaux pour atténuer la perte d’activité des entreprises de transport maritime de l’UE.

Écrire à Laurence Norman à [email protected]

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT