Nouvelles Du Monde

La Haute Cour de Delhi renonce aux frais de Rs 1 lakh imposés à l’avocat pour PIL sur l’installation vidéo d’Arvind Kejriwal en prison | Nouvelles de Delhi

La Haute Cour de Delhi renonce aux frais de Rs 1 lakh imposés à l’avocat pour PIL sur l’installation vidéo d’Arvind Kejriwal en prison |  Nouvelles de Delhi

2024-05-27 13:22:34

La Haute Cour de Delhi a renoncé lundi à un Rs. Il a coûté 1 lakh auparavant à un justiciable tout en rejetant son plaidoyer en faveur d’un litige d’intérêt public (PIL) demandant des dispositions appropriées pour que le ministre en chef Arvind Kejriwal, arrêté dans le cadre de la prétendue escroquerie à la politique de l’alcool, dirige le gouvernement depuis la prison.

Un banc de division composé du juge en chef par intérim Manmohan et du juge Manmeet Pritam Singh Arora a renoncé aux frais tout en ordonnant au pétitionnaire Shrikant Prasad, un avocat, d’effectuer des travaux d’intérêt général, “conformément aux instructions de l’Autorité des services juridiques de l’État de Delhi (DSLSA)”. .

Le tribunal entendait une demande présentée par Prasad demandant une dispense des frais imposés par le tribunal dans son jugement du 8 mai. L’avocat de Prasad a soutenu que son client avait réalisé qu’il avait commis une erreur en déposer le plaidoyer et a juré de ne pas le répéter. Il a également fait valoir que le pétitionnaire est un jeune avocat, fraîchement entré dans la pratique du contentieux et qu’il dépend de ses parents pour la plupart de ses besoins.

Lire aussi  Porsche, baisses de prix, raison absurde : c'est l'opportunité d'une vie

Il a déclaré que le pétitionnaire, un résident de Delhi, suivait avec anxiété les développements autour de Kejriwal et pensait que le meilleur moyen serait de s’adresser à la Haute Cour. L’avocat du pétitionnaire a soutenu que son client reconnaissait que la PIL était « mauvaise en droit ».

Prenant note du fait que le requérant avait réalisé son erreur, la magistrature a renoncé aux frais. Cependant, la magistrature a déclaré que si Prasad déposait une nouvelle procédure devant un tribunal, une copie du jugement du 8 mai ainsi que l’ordonnance de lundi y seraient annexées.

Dans le PIL, Prasad a demandé au gouvernement de Delhi de prendre des dispositions pour une « gouvernance efficace de Delhi » en autorisant Kejriwal à effectuer une « interaction par vidéoconférence » avec les membres de l’Assemblée et les ministres du Cabinet, sous réserve de toutes conditions qui pourraient être imposées. Prasad a également demandé des instructions au ministère des Technologies de l’information et de la radiodiffusion de l’Union pour empêcher « les chaînes médiatiques de créer des pressions indues et de diffuser des titres sensationnels liés à la démission de l’actuel ministre en chef et à l’imposition du pouvoir présidentiel à Delhi ».

Lire aussi  Le tribunal de Delhi accorde une caution provisoire à Umar Khalid pour avoir assisté au mariage de sa sœur

Prasad a également prié pour obtenir des instructions visant à empêcher le président du BJP Delhi, Virendra Sachdeva, d’organiser toute manifestation ou de faire des déclarations devant le public concernant la destitution du ministre en chef Arvind Kejriwal.

La Direction de l’application des lois (ED) a arrêté Kejriwal à son domicile en mars dans le cadre de la prétendue arnaque à la politique en matière d’alcool de Delhi. Le 10 mai, la Cour suprême avait accordé au CM une caution provisoire jusqu’au 1er juin.

Dans son jugement du 8 mai, la magistrature a déclaré que puisque Kejriwal avait déjà déposé une requête devant la Cour suprême contestant son arrestation par l’ED et que le tribunal suprême envisageait la question des mesures provisoires, “aucune ordonnance autorisant le ministre en chef à interagir avec le Les ministres et/ou députés par vidéoconférence dans le cadre d’une pétition d’intérêt public sont demandés ».

« Cette Cour estime également qu’elle ne peut ni imposer la censure en ordonnant aux médias de ne pas exprimer leurs opinions, ni proclamer l’état d’urgence ou la loi martiale en empêchant les rivaux politiques du Ministre en chef d’organiser un rassemblement ou une manifestation ou de faire une déclaration appelant à sa démission», avait alors indiqué le HC.

Lire aussi  ils découvrent lesquels bénéficieraient le plus des médicaments

Rejetant le PIL, le tribunal a ensuite ordonné à Prasad de déposer des frais de Rs. 1 lakh avec l’AIIMS Poor Fund dans les deux semaines à compter de la date du jugement du 8 mai.



#Haute #Cour #Delhi #renonce #aux #frais #lakh #imposés #lavocat #pour #PIL #sur #linstallation #vidéo #dArvind #Kejriwal #prison #Nouvelles #Delhi
1716807867

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT