Nouvelles Du Monde

«La grève est le seul antidote», quotidien Junge Welt, 21 février 2024

«La grève est le seul antidote», quotidien Junge Welt, 21 février 2024

2024-02-21 02:00:00

Grève d’avertissement Verdi du personnel au sol à l’aéroport de Düsseldorf (1er février 2024)

Dans le cadre des négociations collectives en cours pour les employés des entreprises privées de sécurité aérienne, il y a eu jusqu’à présent une grève d’une journée entière. Tous les vols à l’aéroport de Berlin-Brandebourg ont été annulés. Comment s’est déroulée la participation en Rhénanie du Nord-Westphalie ?

A Cologne, nous pouvons parler de 100 pour cent. Dans le contrôle du personnel et des marchandises, par ex. B. Fret contrôlé par UPS, Fed-Ex et DHL, tout le monde a participé. Il en va de même pour le contrôle des passagers à Cologne. C’est pourquoi aucun avion n’a décollé. L’attitude des employés est claire.

Une image différente se dessine à l’aéroport de Düsseldorf, beaucoup plus grand. Environ 1 200 employés y travaillent uniquement pour le contrôle des passagers. À Cologne, il y en a 700. En raison de la misère du personnel, qui a entraîné de longues files d’attente et des conditions chaotiques, surtout en 2022, de nombreuses nouvelles embauches ont eu lieu à Düsseldorf au cours des deux dernières années. Seulement à temps partiel. Et temporaire. Lors d’une grève, l’employeur tente de maintenir ses opérations en faisant appel à des employés temporaires. Nous l’avons vu avec les récentes grèves. Le droit de grève s’applique également aux intérimaires, mais le débat reste difficile. Nous ne pouvons pas protéger les salariés qui ont un contrat à durée déterminée. L’employeur ne donne aucune raison pour laquelle il prolonge ou non le contrat.

Lire aussi  Les syndicats d'Iberia appellent à la grève pour Noël et l'entreprise les qualifie d'"irresponsables"

Pourquoi les travailleurs à temps partiel sont-ils principalement embauchés pour les contrôles de sécurité ?

Cela est lié aux horaires de vol d’hiver et d’été. Les entreprises se permettent de dire : l’été, quand j’ai besoin de toi, tu peux travailler davantage. En hiver, quand il y a moins à faire, je ne risque pas de devoir payer plus cher. C’est un grief que nous critiquons depuis des années.

Le cycle actuel de négociations collectives ne porte pas sur le temps plein et le temps partiel, mais plutôt sur des salaires plus élevés et une majoration des heures supplémentaires.

Dans la sûreté aérienne, il n’y a pas d’horaires de travail hebdomadaires comme dans le secteur public, mais plutôt des horaires de travail mensuels. Par exemple, cela stipule un temps de travail mensuel de 160 heures pour un employé à temps plein chargé du contrôle des passagers et seulement une prime d’heures supplémentaires de 25 pour cent pour les heures de travail mensuelles de 180 heures ou plus. Les salariés réclament désormais une majoration de 30 pour cent dès la première heure supplémentaire. Les entreprises refusent et veulent même aggraver encore la réglementation actuelle. Ici aussi, les travailleurs à temps partiel sont une fois de plus désavantagés. Un employé du contrôle des passagers qui travaille 120 heures par mois ne reçoit actuellement une prime d’heures supplémentaires que pour 180 heures ou plus – bien que les arrêts pertinents du Tribunal fédéral du travail et de la Cour de justice européenne l’interdisent.

Lire aussi  Monschau – art photographique - WELT

La cinquième ronde de négociations collectives aura lieu ce mercredi. L’Association fédérale des entreprises allemandes de sécurité aérienne estime qu’elle s’est déjà clairement adressée à Verdi.

Nous réclamons 2,80 euros de plus de l’heure parce que nous avons vraiment ressenti l’impact de l’inflation des deux dernières années dans nos portefeuilles. Avant même que les sociétés de sécurité nous fassent une offre salariale, elles ont formulé une contre-demande. Ils voulaient signer avec nous une convention d’arbitrage dans laquelle nous donnerions des règles sur la manière dont nous devrions nous comporter dans un conflit de négociation collective. Nous avons clairement indiqué que nous n’accepterons aucune condition préalable susceptible de restreindre nos droits fondamentaux et notre droit de grève. Comme l’association ne voulait pas abandonner cette condition préalable, il était clair que nous devions réagir à un moment donné à une telle situation. C’était la grève de fin janvier et début février.

Des conditions similaires sont désormais exigées par d’autres associations professionnelles et hommes politiques en cas de grève des transports. De tels accords d’arbitrage anticipé pourraient-ils figurer à l’ordre du jour politique à l’avenir ?

Lire aussi  Entrer dans l’UE : que faire si un Israélien radical se présente à votre porte ?

Cela ne devrait vraiment pas être le cas. Ils disent que nous avons une autonomie de négociation collective. Ce n’est pas une question que la politique doit résoudre. Nous ne faisons pas grève juste pour le plaisir de faire grève. Mais si nous constatons qu’il y a une attitude de refus ou d’immobilité ou que les négociateurs tentent de gagner du temps, alors nous devons recourir à ce remède. La grève est le seul antidote des salariés face à l’employeur, qui croit vouloir dicter les lignes directrices.



#grève #est #seul #antidote #quotidien #Junge #Welt #février
1708540212

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT