La Grèce se libère en payant tôt le FMI

0
45

ATHENES (Reuters) – Le remboursement anticipé des emprunts auprès du Fonds monétaire international (FMI) constitue une avancée importante pour la Grèce, qui créera des conditions favorables pour son économie, a déclaré lundi le Premier ministre Alexis Tsipras.

"Nous marquons des points de liberté (économique)", a-t-il déclaré dans une interview accordée à la chaîne de télévision Antenna.

Selon une source proche du dossier, Athènes aurait l’intention de demander cette semaine au Mécanisme européen de stabilité (MES) d’autoriser le remboursement anticipé des emprunts du FMI qu’il juge trop coûteux.

Athènes veut rembourser 3,7 milliards d’euros au FMI, a ajouté la source. Le MES, le fonds d’aide de la zone euro, devrait être remboursé d’un montant équivalent, conformément aux conditions de l’aide versée à la Grèce, mais il est probable qu’il renoncera à ce droit.

Les prêts concernés du FMI sont dus cette année et 2020, a déclaré à Reuters une deuxième source. "Cela signifie que le FMI restera un observateur du programme de surveillance de la Grèce après le sauvetage", a déclaré ce dernier.

Une troisième source a déclaré la semaine dernière que l'Allemagne et les Pays-Bas étaient opposés à cette initiative, craignant que le FMI ne participe plus aux examens périodiques des réformes de la Grèce par ses créanciers.

Le FMI examine cette demande avec un œil favorable, selon l'une des sources.

La Grèce, pays le plus lourdement endetté de la zone euro en termes de taille de son économie avec une dette équivalant à 180% du produit intérieur brut (PIB) annuel, doit rembourser un total de 9,3 milliards d'euros de prêts du FMI d'ici 2024.

La Grèce a fait l'objet de trois programmes d'aide internationale depuis 2010, pour un total de 280 milliards d'euros. Le dernier de ces programmes a pris fin en août 2018 et Athènes a depuis lancé deux appels de marché réussis.

Les prêts du FMI, accordés au titre des deux premiers régimes d'aides, coûtent à la Grèce environ 5% par an et sont devenus plus onéreux que les financements de marché: sur le marché secondaire, l'emprunt de référence grec à 10 ans a chuté lundi à 3,66%, son plus bas niveau depuis septembre 2005 .

La Bourse d’Athènes a fini par atteindre plus de 1%.

(Renée Maltezou et Lefteris Papadimas, Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.