La gamme d’hôtes du virus de la grippe aviaire semble s’élargir


La grippe aviaire cause également des décès massifs parmi les oiseaux de rivage. Des colonies complètes de nidification de la Sterne caugek, une espèce inscrite sur la Liste rouge, ont déjà été anéanties. L’épidémiologiste Armin Elbers de Wageningen Bioveterinary Research ne voit pas la situation très rose. Selon Elbers, aucune mutation spécifique n’est connue, mais la gamme d’hôtes du virus semble s’élargir.

Les colonies de sternes et de fous de Bassan qui meurent maintenant en masse sont entrées en contact avec le virus encore en circulation. Auparavant, la saison de la grippe aviaire aux Pays-Bas durait d’octobre à avril. Mais ces dernières années, la circulation du virus s’est poursuivie plus longtemps et, en plus des oiseaux résidents, des oiseaux qui migrent vers les Pays-Bas pour se reproduire ont également été infectés. Parce que ces espèces se reproduisent étroitement ensemble dans de grands groupes, l’infection se propage rapidement.

Les oiseaux sauvages infectés contribuent en outre à la circulation du virus. Cela signifie que la situation reste risquée pour l’aviculture. L’obligation de confinement empêche le contact direct entre les oiseaux sauvages et les volailles, mais cela n’exclut pas la contamination. Le virus peut toujours se retrouver dans l’étable via l’environnement extérieur, bien que l’on ne sache pas encore exactement comment cela fonctionne.

Aux Pays-Bas, les oiseaux sauvages sont infectés par d’autres oiseaux sauvages par contact direct ou indirectement par ingestion du virus par contamination des eaux de surface ou des sols contaminés. Le virus continuera à circuler dans la population d’oiseaux sauvages même si toutes les volailles du monde étaient vaccinées.

Selon Elbers, la mesure préventive la plus importante consiste à lutter contre les infections des volailles dans certaines régions d’Asie du Sud-Est. Une grande partie de la volaille commerciale y est vaccinée, mais comme les vaccins ne protègent pas suffisamment, il y a encore des épidémies à grande échelle. Ils ne sont pas combattus aussi rigoureusement qu’en Europe, ce qui signifie qu’il y a transmission aux oiseaux sauvages. Pour le moment, il n’y a aucune perspective que la situation en Asie du Sud-Est change de si tôt.


Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT